Espoirs de leurs partis: les candidats à la double sénatoriale cruciale de Géorgie

Elodie CUZIN
·4 min de lecture
De gauche à droite, dans le sens des aiguilles d'une montre: Jon Ossoff, le 2 novembre 2020 à Atlanta; David Perdue, le 2 décembre à New York; Kelly Loeffler, le 6 janvier 2019 à Washington et Raphael Warnock le 23 octobre 2020 à Atlanta

"Le fils juif d'un immigré et un pasteur noir" contre deux riches homme et femme d'affaires qui ne doivent "rien à personne": portraits des candidats à la double élection sénatoriale cruciale de mardi en Géorgie, qui décidera du contrôle du Sénat américain.

Kelly Loeffler contre Raphael Warnock et Jon Ossoff face à David Perdue: encore méconnus il y a quelques mois, leurs noms retentissent désormais en boucle dans les médias américains.

Car derrière cette double sénatoriale partielle se joue le sort du Sénat, aujourd'hui contrôlé par les républicains, et donc du pouvoir à Washington sous la future présidence du démocrate Joe Biden.

- David Perdue contre Jon Ossoff -

A 33 ans, le démocrate Jon Ossoff affiche un CV encore mince mais ne doute pas des enjeux derrière sa candidature. "Nous allons marquer l'histoire mardi", lançait-il ce week-end à un petit groupe d'électeurs venus l'écouter dans une bourgade rurale aux maisons modestes, Eatonton.

Son ton, posé, s'anime lorsque ce producteur de documentaires d'investigation et ex-collaborateur parlementaire souligne le symbolisme de sa candidature jumelle avec Raphael Warnock, un pasteur noir, dans un Etat encore marqué par les plaies de l'esclavage et de la ségrégation:

"Pensez au chemin déjà parcouru. Au fait que vos candidats en ce moment historique soient le jeune fils juif d'un immigré et le pasteur noir qui tient la chaire" de Martin Luther King à Atlanta.

Son rival, il l'accuse de s'être servi d'informations confidentielles sur la pandémie reçues au Sénat pour s'enrichir.

David Perdue, 71 ans, rejette ces accusations tandis que son équipe reproche à Jon Ossoff "de n'avoir jamais eu un vrai travail", en référence à l'argent hérité de sa famille, qu'il a réinvesti en partie dans une société britannique de documentaires, Insight TWI.

L'homme d'affaires en revanche "crée des emplois américains depuis 40 ans", affirme son équipe.

L'un des membres les plus riches du Congrès, le sénateur républicain appartient à la famille Perdue, célèbre pour son empire dans l'industrie du poulet.

Dans les dernières heures frénétiques de la campagne, il est privé de terrain, restant en quarantaine après un cas de Covid-19 sans son entourage proche.

Mais ce fidèle "Trumpiste" reste présent sur les écrans.

Mardi, les électeurs de la Géorgie vont décider si les Américains basculent sous un "gouvernement oppresseur socialiste" ou s'ils continueront à vivre libres, a-t-il proclamé dimanche sur Fox News.

David Perdue était arrivé à un cheveu des 50% pour l'emporter au premier tour (49,7%), contre 47,9% à Jon Ossoff.

- Kelly Loeffler contre Raphael Warnock -

"Ensemble nous allons arrêter le socialisme. Ensemble nous allons montrer à tout le monde que la Géorgie est un Etat républicain et ensemble nous allons sauver l'Amérique": Casquette au discret drapeau américain en surimpression vissée sur la tête, Kelly Loeffler, 50 ans, s’adressait à un petit groupe de partisans dimanche dans une coquette bourgade du nord-ouest conservateur de cet Etat.

Figurant aussi parmi les membres les plus riches du Congrès, elle traverse la Géorgie à bord de son jet privé pour faire campagne.

Kelly Loeffler aime à rappeler son enfance modeste dans une ferme avant de faire carrière dans les services financiers. Et se présente dans la droite lignée de Donald Trump.

"David Perdue et moi nous sommes des gens d'affaires, nous sommes des +outsiders+, nous ne devons rien à personne", a-t-elle souligné à Cartersville. "Et ensemble nous allons sauver l'Amérique."

De quel danger? Son opposant Raphael Warnock, "un libéral radical" qui menace selon elle les valeurs américaines.

Natif d'un quartier pauvre de Savannah, élégante ville coloniale, ce dernier l'accuse en retour d'avoir "fait profit grâce à la pandémie", comme David Perdue, en vendant des actions sur la base d'informations privilégiées. Ce dont elle se défend.

Onzième d'une famille de douze enfants, le pasteur raconte être né dans la "pauvreté", d'une mère qui travaillait dans les champs de coton. Son parcours jusqu'à l'église de Martin Luther King puis de candidat au Sénat n'est possible qu'"en Amérique".

"Je me présente au Sénat américain parce que je crois en la promesse américaine, je sais qu'elle perdure. Mais elle échappe à trop de nos enfants", dit-il aux électeurs.

Raphael Warnock est arrivé en tête du premier tour, devançant Kelly Loeffler de plus de 300.000 voix. Mais cette dernière pourrait bénéficier du report des voix d'un rival républicain éliminé au premier tour, qui avait reçu près d'un million de votes.

elc/cjc