Un espoir sur le commerce fait rebondir les actifs risqués

par Patrick Vignal
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse mercredi dans le sillage des Bourses européennes, un fragile espoir sur le commerce redonnant aux investisseurs du goût pour les actifs risqués après l'aversion observée la veille.

Les contrats à terme signalent une ouverture des indices de référence de la Bourse de New York en hausse de 0,4% à 0,6%.

La tendance pourrait évoluer après la publication, à 13h15 GMT, de l'enquête mensuelle du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis. À Paris, le CAC 40 prend 1,34% à 5.803,85 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax gagne 1,16% et à Londres, le FTSE progresse de 0,17%, sa progression étant freinée par l'appréciation de la livre sterling.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 1,03%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,41% et le Stoxx 600 de 1,07%.

Les indices européens ont été stimulés dès l'ouverture par l'annonce d'un rebond marqué du secteur des services en Chine au mois de novembre.

L'annonce, peu après le début des échanges, que le secteur privé de la zone euro était resté proche de la stagnation en novembre a eu peu d'effet sur la tendance.

Les indices ont en revanche augmenté leurs gains après une information de Bloomberg affirmant, à l'appui de sources non-identifiées, que les Etats-Unis et la Chine se rapprochaient d'un accord de "phase 1" sur le commerce.

Donald Trump avait laissé entendre le contraire en déclarant mardi qu'aucune date limite pour conclure un accord commercial avec Pékin n'était fixée et qu'il pourrait être préférable d'attendre que l'élection présidentielle de novembre 2020 soit passée.

Les indices boursiers avaient réagi en s'enfonçant dans le rouge, le Dow Jones cédant plus de 1% en clôture.


LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les poids lourds de la cote sensibles à la thématique commerciale comme Apple, Boeing et Caterpillar, qui ont souffert mardi, pourraient reprendre des couleurs à Wall Street.


VALEURS EN EUROPE

En Europe, les secteurs les plus exposés aux tensions entre Washington et Pékin, comme les ressources de base (+1,8%) et l'automobile (+0,59%) remontent logiquement.

Du côté des valeurs individuelles, Orange perd 4,49%, de loin la plus forte baisse d'un CAC 40 presque entièrement dans le vert. L'opérateur a jeté mercredi les bases d'une cession partielle de ses tours de téléphonie mobile en Europe mais cette annonce a été éclipsée par des prévisions de dividende jugées trop modestes.

A la hausse, Elior bondit de 8,05%, la plus forte hausse du SBF 120, après des résultats annuels bien accueillis.


TAUX

Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine, qui avaient fléchi mardi, sont repartis à la hausse avec le retour de l'appétit pour le risque.

Le taux du 10 ans américain prend ainsi plus de trois points de base pour repasser 1,74% après avoir chuté la veille sous 1,7% pour la première fois depuis un mois.

En Europe, la hausse est plus limitée pour le Bund allemand à dix ans, à -0,339%.


CHANGES

Les enquêtes PMI paraissent avoir un effet marginal sur les changes puisque l'euro cède un peu de terrain à 1,1074 dollar alors que le billet vert est stable face à un panier de référence, non loin du plus bas de près d'un mois touché mardi.

La livre sterling continue de son côté de profiter des anticipations de victoire électorale des conservateurs britanniques aux élections législatives du 12 décembre: elle a touché un plus haut de sept mois face au dollar et à l'euro.


PÉTROLE

Les cours du brut montent nettement à la veille de la réunion de l'Opep et de ses alliés, Russie en tête, qui pourraient approuver un encadrement plus strict de la production de pétrole afin de soutenir les prix.

Le marché est également porté par la diminution plus importante qu'attendu des stocks de brut américains la semaine dernière, selon les chiffres publiés par l'American Petroleum Institute (API).

Le Brent se traite 61,83 dollars le baril (+1,66%) et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,39% à 56,88 dollars.

L'Energy Information Administration (EIA) doit publier ses propres chiffres sur les stocks américains à 15h30 GMT.


(Édité par Marc Angrand)