Espionnage à Ikea France : plusieurs personnes font appel de leur condamnation

·1 min de lecture
En première instance le 15 juin, et à l'issue de débats parfois houleux, Ikea France avait été condamnée à un million d'euros d'amende.
En première instance le 15 juin, et à l'issue de débats parfois houleux, Ikea France avait été condamnée à un million d'euros d'amende.

Nouveau rebondissement dans l'affaire d'espionnage de salariés à Ikea France. Plusieurs personnes, dont l'ancien PDG, Jean-Louis Baillot, ont interjeté appel de leur condamnation lors du procès d'Ikea France pour avoir espionné des centaines de salariés, a-t-on appris, mardi 29 juin 2021, auprès du parquet de Versailles. En première instance le 15 juin, et à l'issue de débats parfois houleux, la filiale française du géant de l'ameublement et Jean-Louis Baillot avaient été respectivement condamnés à un million d'euros d'amende et à deux ans de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende.

Jean-Louis Baillot a interjeté appel de la décision qui le reconnaissait notamment coupable de « recel de collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux », pour des faits majoritairement commis autour des années 2009-2012. Son successeur, Stefan Vanoverbeke (2010-2015), avait été relaxé comme l'avait demandé la procureure, notant qu'il n'y avait pas « d'élément matériel » pour l'incriminer.

À LIRE AUSSISystème d'espionnage « à grande échelle » : Ikea devant la justice

D'autres personnes ont également fait appel, parmi lesquelles le directeur administratif et financier de l'époque Dariusz Rychert, ainsi que l'ex-directrice adjointe Sylvie Weber, tous deux condamnés à un an d'emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d'amende, a poursuivi le parquet de Versailles. Jean-Pierre Fourès, qui dirigeait la société d'investigations privée sollicitée par l'ancien « M [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles