Quand un espion russe « à l’ancienne » est démasqué sur le sol norvégien

Mikhail Mikushin se faisait passer pour un universitaire brésilien du nom de José Assis Giammaria (Image d'illustration).  - Credit:Stéphanie Para / MAXPPP / PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP
Mikhail Mikushin se faisait passer pour un universitaire brésilien du nom de José Assis Giammaria (Image d'illustration). - Credit:Stéphanie Para / MAXPPP / PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

L'histoire pourrait inspirer un James Bond. Un homme a été arrêté en Norvège, soupçonné d'être un espion russe. Ce dernier se faisait passer pour un universitaire brésilien, comme le rapporte The Guardian. Pour parfaire sa couverture, celui qui s'était présenté comme José Assis Giammaria a passé des années à étudier au Canada, et s'était spécialisé dans la défense de l'Arctique. Il a été récemment arrêté pour avoir menti sur les raisons de sa venue en Norvège.

Vendredi 28 octobre, le procureur norvégien Thomas Blom a expliqué que les renseignements étaient « plutôt certains qu'il n'est pas brésilien » et que l'homme s'appelait Mikhail Mikushin.

À LIRE AUSSIMais qui contrôle les espions ?

Le Canada, paradis des espions

Pour tenter de passer inaperçu, le Russe a donc passé des années au Canada. Là-bas, il aura obtenu plusieurs diplômes, et même milité pour le Nouveau Parti démocratique canadien (NDP), brillant par son CV et son élocution. Arrivé en 2015 au Canada, il ne partira qu'en 2022.

Selon Stéphanie Carvin, professeure en relations internationales, le choix du pays n'est pas anodin. En effet, le Canada ne tient pas de registre central des naissances et des décès. Idéal pour se forger une nouvelle identité. « L'essentiel, quand vous créez une légende, est de ne pas du tout sortir du lot (…) si vous voulez avoir l'air ennuyeux et ordinaire et le Canada est idéal pour ça », explique la spécialiste.

Christo Grozev, journaliste d'investigation spécialisé dans la [...] Lire la suite