Espagne : Vox dans toutes les têtes au dernier jour de la campagne

LExpress.fr
Ni le bloc de gauche ni celui de droite ne semblant en mesure de mener une majorité, l'instabilité politique pourrait se poursuivre malgré les législatives de dimanche.

Alors que les élections législatives se tiendront dimanche, le dernier jour de campagne est dominé par la crainte d'une poussée du parti d'extrême droite Vox. Face à ce risque, le Premier ministre socialiste sortant, Pedro Sanchez, tente de mobiliser la gauche pour enrayer son adversaire. 

Profitant de la colère d'une partie des Espagnols contre les séparatistes catalans après les troubles du mois d'octobre, cette formation ultranationaliste et opposée à l'immigration pourrait doubler le nombre de ses sièges et devenir la troisième force politique du pays, selon les sondages.  

Signe de son influence croissante, Vox a obtenu le soutien jeudi du Parti Populaire (PP, droite) et des libéraux de Ciudadanos pour faire adopter au parlement de la région de Madrid une motion symbolique réclamant l'interdiction pure et simple de tous les partis indépendantistes. 

Crédité de 50 sièges sur 350 selon les sondages

Quasiment inconnu en 2018, Vox est entré en force au Parlement espagnol à l'issue des précédentes législatives, le 28 avril dernier, avec 24 députés, dans un pays où l'extrême droite était marginale depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. 

"Si les Espagnols nous appuient, nous n'hésiterons pas à suspendre l'autonomie (de la Catalogne), interdire les partis séparatistes et faire arrêter (Quim) Torra", le président régional séparatiste, a lancé le chef de Vox Santiago Abascal, en closant la campagne en plein centre de Madrid. Les sondages créditent désormais ce parti d'environ 50 sièges sur 350. En avril et aux élections européennes de mai, il avait toutefois fait moins bien qu'attendu. 

LIRE AUSSI >> Espagne: Vox, le parti populiste qui prospère grâce à internet 

Tentant de mobiliser la gauche comme il l'avait fait en avril, le chef du gouvernement Pedro Sanchez, le favori du scrutin, a appelé vendredi à "faire face au franquisme" et dénoncé les accointances de Vox avec les conservateurs qui ont scellé des alliances au niveau local. 

Selon le politologue Miguel Requena Terue...Lire la suite sur L'Express.fr

Les Espagnols retournent voter aux législatives dans un climat crispé

Espagne : Vox dans toutes les têtes au dernier jour de la campagne

Catalogne : une organisation indépendantiste appelle à "affaiblir les piliers de l'Etat"

Catalogne : heurts entre la police et des manifestants indépendantistes