Publicité

Espagne: vives tensions entre la droite et la gauche qui s'accusent mutuellement de corruption

Le leader de l’opposition de droite Alberto Núñez Feijóo a annoncé ce mercredi 20 mars qu'une commission allait enquêter sur la présumée implication de la femme du chef du gouvernement, Pedro Sánchez, dans la tentative de repêchage public d’une compagnie aérienne pendant la pandémie. Cette accusation fait ricochet à celle proférée par le gouvernement socialiste contre la présidente conservatrice de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, dont le fiancé est accusé d’un détournement fiscal.

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Ce sont des accusations pour corruption de la part de chaque camp, le camp conservateur dans l’opposition, le camp socialiste au pouvoir, le tout sur fond d’insultes et de menaces mutuelles. Tel est le climat délétère régnant entre les deux principales formations espagnoles.

La droite a exigé que toute la vérité soit faite sur Begoña Gomez, l’épouse de Pedro Sánchez, qui serait impliquée dans des négociations suspectes avec la compagnie aérienne Air Europa. Elle réclame aussi de nouvelles élections eu égard à une autre affaire de corruption touchant l’ancien ministre des Transports.

Réponse du berger à la bergère de la gauche contre l’opposition conservatrice : la présidente libérale de Madrid, Isabel Díaz Ayuso devrait démissionner, dit-elle après que son fiancé a admis avoir fraudé le fisc à hauteur de 350 000 euros.

À lire aussiEspagne: enquête ouverte pour suspicion de corruption au plus fort de la pandémie de Covid


Lire la suite sur RFI