Espagne: six morts dans des inondations qui ont touché le sud-est du pays

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'est rendu samedi 14 septembre dans les régions du sud-est de l'Espagne frappées par des inondations ayant fait six morts, selon un nouveau bilan, tandis que les liaisons ferroviaires étaient toujours interrompues et des vols annulés.

Le corps sans vie d'un homme, porté disparu vendredi, a été découvert dans un champ près de la ville d'Orihuela dans la région de Valence, a indiqué une porte-parole des autorités sans fournir de détails. Cinq autres personnes ont péri au cours des deux jours précédents alors qu'elles tentaient de traverser des routes inondées à bord de leur voiture, dont un homme dont le véhicule a été pris au piège vendredi dans un tunnel inondé à Almeria.

Depuis mercredi, des pluies diluviennes ont entraîné le chaos sur les routes, provoqué l'interruption des lignes des transports publics et fait déborder les cours d'eau. Les inondations ont emporté des voitures et submergé des habitations dans les régions de Valence, Murcie et en Andalousie.

Après avoir observé les dégâts à bord d'un hélicoptère survolant la ville d'Orihuela dans la région de Valence, Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, a visité un centre de commandement pour les opérations de secours.

Réparer les dégâts causés

À son arrivée à Murcie, il a assuré que le gouvernement aiderait les sinistrés pour « qu'ils puissent au moins réparer la plus grande partie des dégâts matériels causés » par les inondations. Il a souligné qu'il fallait attendre une baisse du niveau de l'eau pour que le gouvernement puisse faire une estimation du coût total des destructions.

Alors que 1 500 personnes avaient déjà été évacuées, les autorités ont procédé vendredi à l'évacuation de 2 000 habitants de la ville de Santomera, dans la région de Murcie à titre de précaution en raison d'un lâcher d'eau sur un barrage afin d'éviter un débordement, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

La tempête a progressé samedi vers l'ouest, dans la province de Malaga, provoquant des inondations ponctuelles et des dégâts matériels.

Une intensité exceptionnelle

Ces dernières années, à la fin de l’été, l’Espagne est coutumière des phénomènes météorologiques excessifs, notamment sur la côte méditerranéenne, comme la « goutte froide ». Mais, cette fois-ci, elle revêt un caractère d’exceptionnalité, essentiellement par son intensité, rapporte notre correspondant à Madrid, François Musseau. En seulement trois jours, les ravages sont dantesques; de l’Andalousie jusqu’à la la Catalogne. Des localités entières , totalement inondées, sont isolées et totalement bloquées dues à la force des pluies provoquant les inondations. De très nombreuses artères sont toujours coupées.

Jamais en Espagne, pour une telle catastrophe climatique, les trois corps d’armées avaient été mobilisés ensemble : l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine, outre 850 membres de l’unité militaire d’urgence. Ceux-ci se sont concentrés sur le repêchage de personnes isolées par les pluies, 27 par hélicoptère et plus de 450 par d’autres moyens.

La ministre de la Défense Margarita Robles est montée en première ligne pour coordonner le dispositif, indiquant que ce type de phénomène va s’aggraver, par leur intensité et leur nombre. Il faut donc, a-t-elle conclu, s’atteler de plus en plus à la prévention.

► À écouter aussi: Ouragan, Cyclone, inondations... Comment faire face aux catastrophes naturelles ?

(Avec AFP)