Espagne: six blessés à Pampelune aux fêtes de la San Fermin

Six personnes ont été blessées ce dimanche 7 juillet au premier "encierro" (lâcher de taureaux) des fêtes de la San Firmin entamées la veille à Pampelune, dans le Nord de l'Espagne, a annoncé le gouvernement régional.

Cinq des blessés, dont un Américain âgé de 54 ans venu de New York, ont été victimes de chocs et un autre, un Espagnol de 37 ans, a été légèrement touché par la corne d'un taureau, selon un communiqué du gouvernement de Navarre, la région dont Pampelune est la capitale.

Le lâcher de taureaux avait attiré la foule car il s'agissait du premier des célébrations de la San Firmin cette année et il tombait un dimanche.

Les "encierros" traditionnels sont le clou des festivités et se déroulent chaque matin à 8h. Les fêtes de San Firmin, durant lesquelles les participants s'habillent de rouge et blanc, attirent des visiteurs du monde entier et l'écrivain américain Ernest Hemingway les a immortalisées dans son roman Le soleil se lève aussi (The Sun Also Rises, 1926).

Un mort en 2009

Durant huit jours, des centaines de personnes dévalent durant ces "encierros" les ruelles pavées de Pampelune sur environ 850 mètres devant six taureaux de combat, avec pour objectif de s'en approcher le plus possible.

La course, à laquelle peut participer toute personne âgée de plus de 18 ans, s'achève dans les arènes de la ville où se déroule ensuite dans l'après-midi une corrida au cours de laquelle ces six taureaux seront mis à mort.

Les "encierros" font chaque année des dizaines de blessés et parfois des morts: le dernier décès remonte à 2009, lorsqu'un jeune Espagnol de 27 ans avait été encorné par un taureau. Depuis 1911, début de la compilation des données, au moins 16 coureurs sont morts.

Les festivités, qui existent depuis le Moyen Âge, commencent le 6 juillet avec le lancement du "chupinazo" -une fusée pyrotechnique- et s'achèvent le 14 juillet. Elles donnent lieu à un tourbillon de concerts, de processions religieuses, de feux d'artifice et de beuveries jusqu'au petit matin.

Article original publié sur BFMTV.com