Espagne: le retour du roi embarrasse son fils Felipe VI comme le gouvernement de Pedro Sanchez

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Revenu jeudi en Espagne après deux ans d'exil aux Émirats arabes unis, le roi émérite Juan Carlos embarrasse l’actuel roi Felipe VI et le gouvernement de Pedro Sanchez. Et ce, même si la justice a classé sans suite en mars dernier les accusations de corruption dont il était l’objet. Ce lundi, il verra son fils dans le cadre d’une visite privée avant de repartir à Abu Dhabi.

À 84 ans, on l’a vu heureux comme un enfant, au moment de mettre le pied sur Bribon500, un voilier de six mètres de long, avec lequel il fut champion du monde en 2017. On l’a vu aussi applaudi par des centaines de supporters à Sanxenxo, ce port de Galice connu pour ses régates et où Juan Carlos a choisi de s’installer quelques jours après une longue période d’absence en Espagne, pays dont il fut le chef d’État pendant 39 ans avant d’abdiquer en 2014 au profit de son fils Felipe VI, précise notre correspondant à Madrid, François Musseau.

►À lire aussi : Polémique en Espagne après une régularisation fiscale de l'ex-roi Juan Carlos

Ce retour gêne au plus haut point, non pas l’Espagne monarchique ni conservatrice, qui applaudit cette visite au motif que Juan Carlos n’a désormais plus de casseroles judiciaires, mais le gouvernement Sanchez selon lequel l'ex-roi doit des explications et des excuses aux Espagnols. C’est la même chose avec la Maison royale où son fils Felipe VI, qui prône l’exemplarité, se serait bien passé de ce séjour hyper médiatisé en Galice.

La Maison royale souhaitait un voyage discret avant son retour à Abu Dhabi. Mais le roi émérite n’a pas l’intention d’en rester là, et il compte bien désormais revenir en Espagne régulièrement, pour revoir ses amis et sa famille. La reine Sophie vit toujours à Madrid. Il a affirmé qu’il sera de retour dans quelques semaines... toujours pour le plus grand embarras de Felipe VI, l’héritier du trône.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles