Espagne : comment un rappeur a mis le pays à feu et à sang

De notre correspondant à Madrid, François Musseau
·1 min de lecture
L'Espagne est touchée depuis plusieurs jours par des manifestations et des accès de violence.
L'Espagne est touchée depuis plusieurs jours par des manifestations et des accès de violence.

Ce samedi, à Madrid, une nouvelle manifestation de colère a été convoquée pour protester contre l'incarcération d'un rappeur catalan, alias Hasél, en début de semaine. Et, d'une manière plus générale, contre les prétendues limites à la liberté d'expression. Une nouvelle fois, des altercations violentes se sont produites entre des manifestants majoritairement jeunes et de gauche ? proches de Podemos ou de mouvements anticapitalistes et anarchistes ? et les forces de l'ordre.

Depuis mardi, des affrontements ont eu lieu dans tout le pays, faisant des dizaines de blessés parmi la police et les protestataires, dont une jeune fille ayant perdu un ?il après l'impact d'une balle en caoutchouc. Les manifestations ont eu lieu tout particulièrement à Madrid et en Catalogne, d'où est originaire le rappeur en question. « À bas l'État fasciste et la monarchie ! », « Pour la pleine liberté d'expression ! » sont quelques-uns des slogans que l'on pouvait lire et entendre au sein de ces marches.

Débat national sur la liberté d'expression

Le rappeur Hasél ? de son vrai nom Pablo Rivadulla Duro, 32 ans, d'idéologie libertaire et connu pour ses propos provocateurs à l'encontre des pouvoirs en place, tout particulièrement la monarchie ? a été incarcéré mardi 16 février, après qu'un tribunal de Lérida (sa ville natale, en Catalogne) l'a condamné à neuf mois de prison ferme pour « apologie du terrorisme » et « calomnies contre la monarchie ». Vendredi, une autre condamnation ? à deu [...] Lire la suite