​Espagne : les privilèges accordés aux touristes étrangers agacent les habitants

Trinquer en terrasse, c'est possible en Espagne. À Madrid, le couvre-feu ne commence qu'à 23 heures et tous les bars, restaurants et musées sont ouverts. "C'est tout ce que je voulais, tout ce dont je rêvais", souffle un touriste français, venu dans la capitale espagnole avec ses amis. Cela occasionne une situation assez paradoxale, car si les touristes affluent dans la capitale, les Madrilènes, eux, sont presque assignés à domicile. Comme tous leurs compatriotes, ils ont l'interdiction de se rendre dans une autre région. Les professionnels du tourisme en profitent De quoi en agacer certains, surtout à l'approche des fêtes de Pâques. "Par exemple, moi, je ne peux pas aller à Almeria, alors je ne comprends pas que des touristes puissent venir, s'interroge un passant. Ils peuvent avoir le Covid-19 autant que moi." Ces restrictions de déplacement seront imposées jusqu'au 9 avril. Aux Baléares, une vague de touristes déferle depuis toute l'Europe. Des compagnies ont même prévu des centaines de vols supplémentaires. Une nouvelle qui réjouit les professionnels du secteur. "En ce moment, nous arrivons à facturer jusqu'à 20 % de plus qu'avant, donc c'est parfait", se félicite un serveur.