Espagne: le Parlement approuve une loi d'amnistie pour les indépendantistes catalans

Ce jeudi 30 mai, le gouvernement espagnol dirigé par les socialistes a approuvé de manière définitive la très polémique loi d’amnistie qui accorde le pardon à des dizaines de responsables séparatistes catalans. Après six mois de pérégrination, et notamment le véto du Sénat, cette législation a été approuvée de justesse par 177 voix pour, et 172 contre.

En Espagne, le Parti populaire, principale formation d'opposition, et le parti d'extrême droite Vox, ont livré un dernier baroud d'honneur avant le vote de la loi d'amnistie, et ont dénoncé ce qu'ils ont qualifié de « corruption politique ».

Pour le leader du PP, Alberto Núñez Feijóo, il s'agit « d'un échange de pouvoir en contrepartie de l'impunité ». « Vous allez amnistier vos partenaires d'investiture simplement pour rester au pouvoir », a pour sa part affirmé le leader de Vox, Santiago Abascal. Ses propos ont déclenché une violente réaction des bancs de l'extrême gauche et des socialistes, d'où ont fusé des « fascistes » ou « pro-nazis ».

« La question, encore ouverte, est : combien vaut l’impunité ? Aujourd’hui, nous avons assisté à l’acte de décès du Parti socialiste ouvrier espagnol », a encore ajouté Alberto Nuñez Feijoo, peu après le vote, rapporte le correspondant de RFI à Madrid, François Musseau. Cette loi est donc jugée immorale par la droite, car elle aurait été votée pour assurer le soutien indispensable des indépendantistes catalans au gouvernement de gauche de Pedro Sanchez.

Aujourd’hui, c’est une bonne nouvelle pour tout un pays. Pour sa démocratie et pour sa liberté. Prochaine étape : référendum !


Lire la suite sur RFI