Espagne: les autorités corrigent leur bilan, 14 personnes retrouvées vivantes au large des Baléares

·2 min de lecture
Le drapeau espagnol en berne - Image d'illustration  -  Kiko Huesca / POOL / EFE / AFP
Le drapeau espagnol en berne - Image d'illustration - Kiko Huesca / POOL / EFE / AFP

Quatorze personnes ont été secourues lundi en Méditerranée au large des Baléares, a annoncé la préfecture de l'archipel espagnol, qui a rectifié son bilan après avoir dans un premier temps évoqué onze cadavres repêchés.

La police et les secours en mer ont secouru "un total de 14 personnes retrouvées aux abords de (l'île de) Cabrera, toutes sont en vie", a indiqué la préfecture dans la soirée dans un message transmis à la presse.

Les secours sondent encore les eaux à la recherche éventuelle de trois personnes qui auraient pu se trouver à bord de la même "embarcation de fortune" qu'empruntent les migrants pour traverser la Méditerranée.

Des occupants du bateau ont en effet affirmé que 17 personnes se trouvaient à bord et que certaines s'étaient jetées à l'eau, a expliqué la préfecture des Baléares.

"Confusion"

Parmi les personnes secourues, trois ont été récupérées dans l'eau et évacuées par hélicoptère, neuf autres ont été retrouvées à bord de l'embarcation et deux autres ont été repêchées par les occupants d'un bateau de plaisance qui avaient averti les secours.

"Aucun victime mortelle n'a été localisée pour le moment", a insisté la préfecture dans son communiqué.

Jointes par l'AFP, les autorités ont évoqué la "confusion" et "des problèmes de communication".

En début d'après-midi, la préfecture avait commencé par parler d'"environ 17" corps localisés peu après 14H00 GMT par un voilier "à l'ouest de l'île de Cabrera" avant de communiquer un "bilan provisoire" de "trois personnes secourues et 11 corps récupérés".

Les autorités ont donné très peu de détails et n'ont pas indiqué de quel endroit ces personnes étaient parties.

Une mer plus dangereuse en cette saison

Le nombre d'arrivées de migrants, souvent partis d'Algérie, sur l'archipel ou dans le sud-est de l'Espagne, a bondi ces derniers mois. Près de 300 d'entre eux ont ainsi été secourus de lundi à vendredi dernier au large des Baléares.

Alors que les contrôles ont été renforcés dans le détroit de Gibraltar, qui sépare l'Espagne du Maroc, la route migratoire des "harragas", surnom arabe donné aux migrants clandestins partant d'Algérie, a pris de l'ampleur selon les ONG et les autorités.

Elle peut faire plus de 200 km et est plus dangereuse à cette saison, la mer étant beaucoup moins favorable qu'en été.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles