En Espagne, les oiseaux n'étaient pas plus nombreux durant le confinement, juste plus visibles

·2 min de lecture

Une étude espagnole révèle que les oiseaux n'étaient pas plus nombreux dans les villes durant le premier confinement. Ils étaient seulement plus visibles et plus sonores.

Y avait-il vraiment plus d'oiseaux dans les villes durant le premier confinement ? Un an plus tard, des chercheurs espagnols ont apporté le 10 mars 2021 dans la revue une réponse qui remet en cause les premières impressions ressenties par nombre d'entre nous.

Une expérience "sociale et involontaire"

Des rues vides et silencieuses : la pandémie de Covid-19 a mené à une situation inédite, également pour la faune qui s'accommode de nos villes. En effet, le confinement, imposé dans de nombreux pays, a réduit de manière considérable les activités humaines dont la circulation routière. Certains chercheurs y ont vu l'occasion inespérée "d'évaluer les effets de notre mode de vie sur la biodiversité" comme le notent les auteurs de cette nouvelle étude. Ils qualifient même cela de "grande expérience sociale involontaire". Leur recherche s'est concentrée sur le nord-est de l'Espagne et a été réalisée grâce à un projet de sciences participatives sur la plateforme Ornitho. Durant celle-ci des citoyens ont renseigné plus de 126.000 présences d'oiseaux durant les quatre premières semaines de confinement en Espagne, débuté le 14 mars 2020 et qui a été progressivement allégé jusqu'en juin. L'étude prend en compte 16 espèces sédentaires les plus courantes dans cette région de l'Espagne. Les chercheurs ont ensuite comparé les chiffres à ceux obtenus entre 2015 et 2019 à la même période avec une question en tête : y avait-il plus d'oiseaux dans les villes durant ce confinement ?

Des oiseaux qui reprennent un rythme de vie naturel

"La probabilité d'occurrence d'une espèce pendant le confinement ne différait pas significativement de l'occurrence enregistrée en milieu urbain les années précédentes chez 12 des 16 espèces étudiées", souligne l'étude. Les oiseaux ne sont pas revenus dans ces villes fantômes. La différence, car il y en a une, est plus subtile que cela : ces animaux étaient seulement plus nombreux à être visibles et plus souvent entendus grâce à une adaptation rapide de leur [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi