En Espagne, l'incarcération du rappeur Pablo Hasèl provoque de nouvelles manifestations contre la censure

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Des dizaines de personnes ont été arrêtées en Espagne après de nouvelles manifestations violentes dans la nuit de mercredi à jeudi à Madrid, Barcelone et dans d'autres villes du pays, après l'incarcération d'un rappeur catalan condamné pour insultes à la monarchie et aux forces de l'ordre. Une affaire qui relance le débat sur la liberté d'expression dans le pays.

Que reproche-t-on au rappeur Pablo Hasél ?

Pablo Hasèl, 32 ans, a été condamné à neuf mois de prison pour des tweets dans lesquels il insultait les forces de l'ordre espagnoles, les traitant de "mercenaires de merde", et les accusant de torture. Dans un rap il s'en prenait aussi au roi Juan Carlos, qualifié de mafieux.

Les manifestations ont commencé mardi soir en Catalogne (nord-est) après l'arrestation du rappeur, qui s'était barricadé lundi dans une université de Lérida afin d'échapper à la prison. L'homme avait refusé de se livrer à la police vendredi, dernier délai pour le faire et commencer à purger sa peine, mettant au défi les autorités de l'arrêter.

Mercredi, pour la deuxième soirée consécutive, des centaines de personnes se sont rassemblées à Madrid sur la Puerta del Sol, en plein centre de la capitale, fortement gardée par les forces de sécurité, derrière des banderoles qui clamaient "Assez de censure" et réclamaient la "Liberté" pour Pablo Hasél.

À Barcelone, mercredi, les manifestants ont lancé des projectiles contre la police et incendié des barricades. La police a chargé et répliqué avec des tirs de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi