Espagne: L'avenir du chef de Podemos entre les mains des adhérents

Un vote de confiance sera organisé du 22 au 27 mai en Espagne au sein du parti anti-austérité Podemos, dont les membres sont invités à se prononcer sur l'avenir du numéro un du mouvement, Pablo Iglesias (photo), et de sa compagne Irene Montero, porte-parole de la formation. /Photo prise le 19 mai 2018/REUTERS

MADRID (Reuters) - Un vote de confiance sera organisé du 22 au 27 mai en Espagne au sein du parti anti-austérité Podemos, dont les membres sont invités à se prononcer sur l'avenir du numéro un du mouvement, Pablo Iglesias, et de sa compagne Irene Montero, porte-parole de la formation.

Podemos a annoncé les dates de ce scrutin lundi sur Twitter.

Le couple se voit reprocher par certains militants d'avoir trahi les principes du mouvement en achetant une maison de plus de 600.000 euros près de Madrid.

Podemos, créé en janvier 2014, a remporté environ 20% des suffrages aux élections législatives de 2016.

Le couple Iglesias-Montero, qui attend des jumeaux, a confirmé la semaine dernière avoir acheté une villa avec piscine et maison d'invité à Galapagar, à 40 km de Madrid, grâce à un emprunt de 540.000 euros sur trente ans.

"Nous savons que beaucoup de familles espagnoles ne peuvent obtenir un emprunt de ce type, même avec deux salaires, et c'est pourquoi nous pensons qu'il est si important que tout le monde ait un salaire décent", a écrit Pablo Iglesias sur Facebook.

En 2012, au plus fort de la crise provoquée par une bulle immobilière qui a fait chuter les prix de 40% en moyenne, Pablo Iglesias avait critiqué le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, pour l'achat d'un appartement d'un prix équivalent à Madrid.

Des membres de la branche jeunesse du parti d'extrême droite Vox ont déployé dimanche sur la maison de Galapagar une banderole où on lisait: "Bienvenue aux réfugiés et aux squatters", allusion aux positions pro-immigration de Podemos.


(Paul Day; Guy Kerivel pour le service français)