En Espagne, les incendies ravivent le débat sur le manque de moyens des pompiers

Alors que cette année pourrait déjà être classée historique en terme d’incendies, avec des dizaines de milliers d’hectares brûlés à travers le pays, le débat fait rage sur les conditions de travail des pompiers dans certaines régions.

Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon

Précarité, c’est le mot qui revient le plus souvent pour qualifier le travail des pompiers en Espagne. Et c’est particulièrement le cas dans la région de Castille-et-Léon, où les feux de forêts sont les plus virulents avec près de 6% du territoire vient de partir en fumée.

C'est dans cette région du nord-ouest de l'Espagne qu'un pompier a trouvé la mort dimanche 17 juillet « pendant son service », ont indiqué les autorités dans un communiqué. Daniel Gullón Varas participait au « dispositif de lutte contre les incendies » déployé à Losacio, dans la région de Zamora. Une journée de deuil a été décrétée lundi. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a réagi sur Twitter peu après l'annonce, disant partager la « peine » et donnant son « affection à la famille et aux collègues du brigadier qui est mort cette nuit en travaillant à l'extinction de l'incendie à Ferreruela de Tábara ».

Un Smic à 1 300 euros bruts

Mais après le décès de ce pompier de 60 ans, alors qu’il tentait d’éteindre un feu, le débat fait rage en Espagne sur les conditions de travail de ces brigadiers, dont la plupart sont embauchés seulement les mois d’été. L’hiver, ils doivent enchaîner les petits boulots pour gagner leur vie.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles