Espagne: plus de huit ans de prison requis contre Shakira, accusée de fraude fiscale

Pendant des semaines, le parquet espagnol et la chanteuse Shakira ont cherché un accord à l’amiable. En vain. Cet accord n’ayant pas été obtenu, un procès aura lieu pour fraude fiscale contre elle. La célèbre chanteuse colombienne Shakira va s’asseoir sur le banc des accusés, même si on ne connaît pas encore la date, et affronter un procès pour fraude fiscale. Le parquet espagnol requiert contre elle 8 ans de prison et plus de 23 millions d’euros d’amende. L’artiste se déclare innocente et dit vouloir aller jusqu’au bout.

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Le parquet espagnol demande plus de huit ans de prison contre la star colombienne Shakira et une amende de plus de 23 millions d'euros. Les autorités espagnoles affirment qu’entre 2012 et 2014, l’artiste colombienne Shakira a trouvé le moyen de ne pas déclarer 14,5 millions d’euros au fisc espagnol.

Le principal argument du parquet est que durant cette période, Shakira résidait dans les environs de Barcelone, dans diverses résidences, avec son compagnon, le joueur de football du FC Barcelona Gérard Piqué.

Elle y résidait plus de la moitié de son temps, au minimum 183 jours par an. Pour cette raison même, elle avait des devoirs fiscaux vis-à-vis de l'Espagne et seulement vis-à-vis de l'Espagne.

Shakira se défend en disant, que depuis de longues années, elle recourt à des sociétés qui ont leurs sièges en dehors de l’Espagne et voyage souvent. Selon elle, elle n'avait donc pas de compte à rendre à ce pays.

Les autorités fiscales ne sont pas d'accord du tout, et affirment en outre que la chanteuse a occulté ses revenus par un système de sociétés écrans établies dans des paradis fiscaux comme Malte, Luxembourg ou le Panama.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles