Espagne: une fresque féministe fait polémique à Madrid

·2 min de lecture

À Madrid, l’offensive de l’extrême droite contre le féminisme ne tarit pas. En échange de donner leur vote au budget municipal, l’extrême droite exige du maire conservateur de retirer son soutien aux politiques du genre et de retirer tous les symboles de cette cause. La dernière bataille en date s’est livrée autour d’une peinture murale de 60 mètres de long représentant des personnalités féminines connues.

Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon

C’est une longue fresque peinte sur un mur en parpaing qui représente les portraits de 15 femmes célèbres du monde entier. On y voit la peintre mexicaine Frida Kahlo, la chanteuse Nina Simone ou la cosmonaute russe Terechkova. Réalisée par les habitants de ce quartier populaire de Madrid, il y a de cela trois ans, cette fresque est désormais dans le collimateur de la mairie conservatrice de Madrid, qui considère qu’elle véhicule un message politique trop à gauche.

Juan, un habitant du quartier, est consterné : « On a bien vu leur intention, c’est de transformer Madrid en une ville avec moins de diversité, moins plurielle sur la question du genre. Ils veulent revenir sur toutes ces questions. »

La politique sur l’égalité des genres est devenue le cheval de bataille de la mairie de Madrid. La municipalité vient de supprimer la délégation chargée de l’égalité des femmes sur la demande du parti d’extrême droite Vox.

Pour Maria, une habitante, qui a participé à la fresque, les intentions de Vox sont très claires. « Ils veulent en faire un thème politique en détruisant ce que nous avons réalisé, commente-t-elle. C’est une façon de nous mettre de côté, nous les femmes. »

La mobilisation des Madrilènes et plus de 55 000 signatures pour sauver la fresque ont obligé la mairie à faire machine arrière, mais la politique anti-féministe de la capitale espagnole reste toujours bien d’actualité.