En Espagne, les entreprises ne pourront plus licencier les salariés qui accumulent les congés maladie

1 / 2

En Espagne, les entreprises ne pourront plus licencier les salariés qui accumulent les congés maladie

C’était l’un des engagements de la coalition de gauche arrivée au gouvernement début janvier. Mardi, le conseil des ministres espagnol a supprimé, via un décret-loi, un article de la Loi travail votée en 2012, sous le gouvernement de droite de Mariano Rajoy, rapporte Courrier international qui relaye une information d’El País.

L’article visé concerne les licenciements des salariés qui accumulent les congés maladie. Il autorisait jusqu’à présent les entreprises à "licencier un employé absent pour arrêt maladie huit jours ou plus durant deux mois – s’il avait accumulé 5% d’arrêts durant les 12 mois précédents".

La ministre du travail Yolanda Díaz a fait savoir qu’il s’agissait d’une des seules mesures de la Loi travail qui sera abrogée sans dialogue social. "Les droits humains ne sont pas négociables. La protection de la santé est au-dessus de toute autre question", a-t-elle indiqué. Cette abrogation prend donc effet immédiatement mais devra devra ensuite être validée au Congrès.

Hausse du salaire minimum

La suppression de cet article est la deuxième mesure forte prise par le gouvernement espagnol sur le marché du travail après l’augmentation de 5,5% du salaire minimum, à 1108 euros par moi.

Une hausse qui s’inscrit dans la promesse du gouvernement de Pedro Sanchez de porter d’ici la fin de la législature, dans quatre ans, le salaire minimum à 60% du salaire moyen établi à 1944 euros. Des augmentations...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi