Espagne : Dragon Ball fait les frais de la cancel culture

·1 min de lecture

La télévision publique de la région de Valence (Espagne) a refusé la demande des fans de diffuser la série Dragon Ball. Pour la chaîne, le dessin animé japonais va à l'encontre de la loi interdisant "les contenus qui encouragent la discrimination sexuelle par le biais de stéréotypes et de rôles sexistes".

La cancel culture à l'assaut de l'animation japonaise ? Le 23 mars dernier, la direction de À Punt Mèdia, la télévision publique de la région de Valence (Espagne), a refusé de diffuser le dessin animé Dragon Ball, classique du manga japonais, selon plusieurs médias espagnols.Une réponse à la campagne menée par les fans de la saga qui, depuis début mars, demandent à la chaîne de proposer leur dessin animé préféré. La députée Mónica Àlvaro s'était même fait l'écho de cette campagne, posant la question directement à À Punt Mèdia.Dragon Ball hors la loiPour Alfred Costa, un des représentants de la chaîne, la série montrerait des " contenus encourageant la discrimination sexuelle par le biais de stéréotypes et de rôles sexistes ". Des représentations qui vont contre la loi régionale de Valence indiquant que les télévisions doivent " adopter, par le biais de l'autorégulation, des codes de conduite visant à transmettre le principe d'égalité en excluant les contenus sexistes, en particulier dans les programmes pour enfants et pour jeunes ".Voté en 2016, le texte précise que les chaînes publiques doivent présenter " l'égalité de traitement et des chances entre les hommes et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Elections régionales en Espagne : le pari à la Don Quichotte de Pablo Iglesias

Lieux culturels ouverts : en Espagne, l'exception madrilène

Après la Hollande, nouveau veto en Espagne sur un traducteur pour traduire le poème d’Amanda Gorman

En Espagne, les entourloupes de Juan Carlos plombent la monarchie

Espagne : le parti d'extrême droite Vox étend son influence