Espagne: la Diada minée par les divisions entre indépendantistes

Ce dimanche, comme chaque 11 septembre, les indépendantistes catalans ont de nouveau défilé dans les rues de Barcelone. Mais cette année, la mobilisation était moins importante – 150 000 personnes, selon la police municipale – dans un climat de divisions et de vives tensions internes.

À Barcelone, la traditionnelle manifestation de la Diada, le jour de la Catalogne, s'est remplie cette année de pancartes critiques dirigées contre le gouvernement indépendantiste catalan.

« J'ai écrit "Sans les politiques on serait déjà indépendants", parce que les dirigeants qu'on a en Catalogne ne font rien pour l'indépendance », s’indigne Rosa Mari, venue spécialement de Gérone pour l’évènement. « Les partis nous ont trahis » ou « Gouvernement: DUI (déclaration unilatérale d'indépendance, ndlr) ou démission », pouvait-on lire sur d'autres affiches.

Divisions profondes

La principale cible des manifestants : le président catalan Pere Aragonès, pourtant indépendantiste. Il lui est reproché d’être plus modéré que son prédécesseur et de miser sur un dialogue avec Madrid pour obtenir un référendum, rappelle notre correspondante à Barcelone, Elise Gazengel.

Entre ceux qui ne renoncent pas à l'objectif de parvenir à l'indépendance, même unilatéralement, et la vision plus pragmatique de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), parti de Pere Aragonès, les désaccords sont grands.


Lire la suite sur RFI