Espagne : des chutes de neige inédites depuis 50 ans sèment le chaos

·3 min de lecture

La tempête de neige Filomena qui frappe l'Espagne depuis 36 heures a fait trois morts samedi et continue de paralyser une partie du pays, en particulier la capitale Madrid, avec peu d'espoir d'amélioration dans l'immédiat.

En raison de chutes de neige historiques, les plus importantes depuis 1971 en Espagne, cinq régions du centre du pays, dont celle de Madrid, ont été placées en alerte rouge, samedi 9 janvier. Le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a par ailleurs annoncé que la tempête avait causé la mort de trois personnes. L'une des victimes est un homme retrouvé enseveli sous la neige à Zarzalejo, au nord-ouest de Madrid, a précisé son ministère.

Fernando Grande-Marlaska a demandé à la population de "reporter tout déplacement par la route", tandis que les secours et les chasse-neige de l'armée ont dégagé 1 500 automobilistes pris au piège. Le ministre a insisté sur le fait que "les chutes de neige allaient devenir glacées" dans les prochains jours, des températures en dessous de -10 degrés étant en effet prévues la semaine prochaine. Selon le dernier bulletin des services météorologiques, cette vague de froid va durer jusqu'à jeudi.

"Évitons les déplacements et suivons les indications des services d'urgence. Faisons preuve de la plus grande vigilance face à la tempête Filomena", a de son côté tweeté le Premier ministre Pedro Sanchez, saluant le travail des "professionnels qui tentent de venir en aide aux personnes coincées par la neige".

Samedi soir, la neige se faisait un peu plus rare sur le centre du pays, se déplaçant vers le nord-est.

Le roi et la reine d'Espagne ont fait part sur Twitter de "leur douleur" et de leur "préoccupation", demandant "la plus grande vigilance face aux risques de la glace et de la neige".

La capitale immobilisée

Dans la capitale, "la situation est d'une extrême gravité", a mis en garde son maire, José Luis Martinez-Almeida, sur Twitter, appelant les habitants à ne pas sortir de chez eux alors que les bourrasques chargées de flocons continuaient de s'abattre sur la ville sans discontinuer depuis vendredi soir. Tous les établissements scolaires, des écoles maternelles aux universités, resteront fermés lundi et mardi, a annoncé la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso, "en attendant de voir l'évolution" de la situation. Les parcs y sont fermés, les bus publics suspendus tout comme la collecte des ordures.

Tous les trains arrivant ou partant de Madrid ont été annulés, a indiqué pour sa part la société ferroviaire nationale Renfe, tandis qu'au moins deux lignes du métro ont vu une partie de leur trafic interrompu dans la capitale. Et l'aéroport international de Madrid-Barajas, fermé depuis vendredi soir, va garder portes closes samedi pour des "raisons de sécurité" alors qu'une trentaine de vols ont déjà été annulés vendredi et presque autant ont dû atterrir ailleurs.

L'avion qui transportait les joueurs de l'équipe basque de Bilbao n'a, lui, pu pas pu atterrir dans la capitale et le match du championnat de football espagnol contre Atletico Madrid face à Bilbao a été reporté sine die. La rencontre de handball Espagne-Croatie, prévue samedi à 18 h à Madrid, a également été annulée, a indiqué la fédération espagnole.

Ces très fortes chutes de neige ont donné lieu à de surprenantes scènes. À Madrid, des habitants ont ainsi sorti leurs skis, comme sur la célèbre place de la Puerta del Sol, tandis que les images d'un homme conduisant un traîneau tiré par cinq chiens ont fait la joie des réseaux sociaux.

Avec AFP