Espagne: la Catalogne réfléchit à confiner la population le week-end

Hugo Septier avec AFP
·3 min de lecture
Des jeunes sur la plage de Barcelone à la tombée de la nuit, le 30 mai 2020 en Espagne - PAU BARRENA © 2019 AFP
Des jeunes sur la plage de Barcelone à la tombée de la nuit, le 30 mai 2020 en Espagne - PAU BARRENA © 2019 AFP

L'Espagne est-elle sur le point de se reconfiner? La Catalogne, dans le nord-est du pays, a indiqué lundi réfléchir à un éventuel confinement de la population à domicile le week-end tandis que la région voisine d'Aragon a décidé de boucler son territoire, dans un pays déjà sous le coup d'un couvre-feu nocturne.

"C'est un scénario qui est sur la table, puisque c'est pendant les week-ends qu'il y a le plus d'interactions sociales", a déclaré la porte-parole du gouvernement régional de Catalogne Meritxell Budo, sur la radio publique catalane.

"Nous devons éviter le confinement total comme au mois de mars, à moins que cela ne devienne absolument nécessaire et que cela soit la seule option. Nous devons donc envisager d'autres scénarii et l'un d'entre eux serait celui-ci", a-t-elle ajouté.

Des mesures dans l'ensemble du pays

La région voisine d'Aragon, peuplée de 1,3 million de personnes, a quant à elle annoncé lundi son bouclage partiel à partir de mardi. Les entrées ou sorties de son territoire ne seront donc autorisées que pour des raisons "justifiées" (comme aller travailler ou se faire soigner par exemple), a-t-elle indiqué sur son compte Twitter.

Dans le nord-ouest du pays, la région des Asturies doit, elle, décider lundi après-midi si elle adopte une mesure similaire.

Un bouclage est déjà en vigueur dans les régions de Navarre ou de la Rioja (nord) mais aussi dans de nombreuses villes comme Saragosse en Aragon ou Salamanque en Castille-et-Léon.

La capitale du pays, Madrid, et huit communes de sa périphérie ont été également soumises depuis début octobre et jusqu'à samedi à un tel bouclage, qui avait donné lieu à un bras de fer entre autorités régionales et gouvernement central.

Le confinement a domicile écarté

Premier pays européen à avoir dépassé la semaine dernière le million de cas de Covid-19, l'Espagne a décrété dimanche l'état d'urgence sanitaire et imposé un couvre-feu nocturne dans tout le pays, à l'exception des îles Canaries.

Le gouvernement de Pedro Sanchez a en revanche écarté pour le moment un confinement à domicile comme au printemps alors qu'une telle mesure a été de nouveau imposée récemment en Israël, en Irlande ou au Pays de Galles pour freiner l'épidémie.

En Espagne, les compétences en matière de santé relèvent des 17 régions mais le gouvernement central peut approuver des mesures générales comme le couvre-feu nocturne imposé dimanche.

Le but de l'état d'urgence sanitaire décrété dimanche est de fournir le cadre juridique permettant d'éviter que les mesures de restriction des libertés prises pour lutter contre le Covid-19 soient annulées par les tribunaux.

Au-delà du couvre-feu, cet état d'exception permet aux régions de décréter le bouclage de leur territoire et de "se fermer" au reste du pays. D'une durée initiale de 15 jours, cet état d'urgence sanitaire devra être prolongé par le Parlement. Pedro Sanchez veut qu'il dure jusque début mai.

Le principal parti d'opposition, le Parti populaire (PP, droite), à qui le Premier ministre a fait un appel du pied, a déjà indiqué qu'il s'opposerait à une prolongation pour six mois.

Pablo Casado, leader de cette formation, a ainsi expliqué lors d'une conférence de presse lundi qu'il accepterait une prolongation jusqu'à la mi-décembre, soit un total de 8 semaines.

Article original publié sur BFMTV.com