Espagne: au Pays Basque, la culture s'adapte au Covid

·2 min de lecture

L'Espagne est après la Belgique et le Pérou le pays qui déplore le plus grand nombre de morts en proportion de sa population. Certaines régions commencent à assouplir les mesures. Au Pays Basque, l’offre culturelle est très réduite, mais elle existe. Jeudi dernier, le rappeur Endika Lahaine présentait son dernier album à Barakaldo, en banlieue de Bilbao.

Avec notre envoyée spéciale à Bilbao, Juliette Gheerbrant

Une guirlande d'ampoules de couleurs entoure une toile blanche en fond de scène, les chaises sont à bonne distance et Endika Lahaine chante masqué.

Disons qu’avec cette situation il faut savoir s’adapter. On a la chance ici d’avoir accès à des espaces où on peut jouer, c’est important.

Le rappeur présente son deuxième album solo, Xamanak, à un public de fidèles. Maria Lopez, 20 ans et 6 ans de rap à son actif, est très heureuse de sortir par temps de Covid : « Pour moi qui fréquente beaucoup les concerts, le théâtre, le ciné, pour ma génération, c’est comme un énorme vide. On a besoin de se voir, de sortir, d’être dehors. Le couvre-feu c’est dur. Qu'on soit 20 ce soir au lieu de 50, c’est triste. Mais il y a de l’espoir, non ? Le fait de pouvoir continuer à faire des choses. »

Permettre une vie sociale, c’est essentiel, confirme Koldo Iturbe, chargé de la culture et de la jeunesse à la mairie de Barakaldo : « C’est une préoccupation pour nous. Il y a eu une certaine criminalisation de la jeunesse, parce que certains se sont rassemblés pour boire dans la rue. On a stigmatisé les jeunes. On a dit qu’ils n’étaient pas vulnérables face au Covid, c’est faux. Je pense que la majorité des jeunes sont responsables, mais ils sont très affectés sur le plan émotionnel. »

Et ce samedi soir là dans la salle, on lisait de grands sourires dans les regards des spectateurs.

À lire aussi : Covid-19: en Espagne, les Basques se mobilisent contre la fermeture des bars et restaurants