Publicité

Espagne: 20.000 manifestants contre le "génocide" à Gaza

Manifestation contre la guerre à Gaza, le 27 janvier 2024 à Madrid (JAVIER SORIANO)
Manifestation contre la guerre à Gaza, le 27 janvier 2024 à Madrid (JAVIER SORIANO)

"Ce n'est pas une guerre c'est un génocide": quelque 20.000 personnes portant des drapeaux palestiniens et entonnant des slogans contre Israël ont défilé samedi à Madrid pour protester contre la guerre à Gaza.

Derrière une banderole "Stop au génocide en Palestine", la foule a brandi des drapeaux palestiniens ainsi que quelques drapeaux sud-africains, beaucoup plus rares, au lendemain de la décision de la Cour internationale de justice (CIJ), qui a appelé Israël à "prendre toutes les mesures en son pouvoir" pour éviter un génocide à Gaza.

Les manifestants étaient 20.000, selon les chiffres de la préfecture de Madrid.

La CIJ avait été saisie par l'Afrique du Sud qui estimait qu'Israël viole la Convention des Nations unies sur le génocide.

Parmi les slogans scandés par les manifestants, "Où sont les sanctions pour Israël?" ou encore "Israël assassine, l'Europe sponsorise", a constaté une journaliste de l'AFPTV.

De nombreux participants portaient une pancarte "Boycott Israël" ou "Israël génocidaire".

"Je crois qu'on ne peut pas accepter ce qu'il se passe. Si on commence à tolérer et blanchir des choses pareilles, je ne sais pas où nous allons. On doit continuer, continuer à descendre dans la rue et continuer à les soutenir", a expliqué Maria Angeles Arche, une employée administrative de 61 ans.

"Ca fait presque 110 jours qu'ils (les Gazaouis) sont sans eau, sans nourriture, sans rien, les enfants meurent et ils vivent une situation très dure", estime Lobna  Elnakhala, 54 ans.

Au sein de l'Union européenne (UE), l'Espagne a été l'une des voix les plus critiques à l'égard d'Israël dans le conflit engendré par l'attaque du Hamas le 7 octobre en Israël qui a fait 1.140 morts, en majorité des civils.

Depuis, les opérations israéliennes à Gaza ont fait 26.257 morts, en majorité des femmes, des enfants et des adolescents, selon le nouveau bilan samedi du ministère de la Santé du Hamas.

En novembre, Israël avait rappelé son ambassadrice en Espagne pour consultations, après des propos jugés "scandaleux" du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez.

Ce dernier avait notamment demandé "le strict respect du droit international humanitaire qui aujourd'hui n'est clairement pas respecté" à Gaza.

L'ambassadrice israélienne est revenue à Madrid en janvier.

vid-mig/mr