Espace : qui sera le ou la prochain(e) Thomas Pesquet ?

C’est une offre d’emploi qui doit faire rêver de nombreux curieux et autres passionnées d'astronomie. Quatre à six postes d’astronautes sont à pouvoir à l’Agence spatiale européenne (ESA). Elle vient d’annoncer le lancement de sa campagne de recrutement. Les journalistes de France Télévisions ont rencontré trois ingénieurs toulousains, d’ores et déjà bien décidés à postuler. "C’est un rêve d’enfant, confie ainsi Mélanie Lebas, spécialisée dans les essais satellites chez Airbus. Depuis le collège, depuis la 5ème, je voulais devenir astronaute. J’ai l’impression d’avoir attendu 20 ans pour avoir cette opportunité et là, ça y est, ça se présente, donc oui, je vais postuler !". Les candidatures féminines sollicitées C’est le premier recrutement à l’ESA depuis 11 ans. Si la campagne se veut ouverte à tous, certains critères sont malgré tout à remplir pour pouvoir candidater. Il faut avoir moins de 50 ans, posséder un master dans une discipline scientifique, au moins trois ans d’expérience professionnelle ou encore parler plusieurs langues étrangères. Thomas Pesquet est le dernier Français à avoir réussi ces sélections en 2008, mais il encourage les plus motivés à postuler : "On ne demande pas à des gens d’être athlètes de haut niveau. On ne demande pas aux gens d’être Prix Nobel", a-t-il assuré sur France Info, mardi 16 février. L’Agence spatiale européenne désire pour ce nouveau recrutement davantage de femmes et de personnes en situation de handicap. Objectif : refléter davantage la diversité de la société.