Espace : Le programme « Parastronaute » peut « motiver toute une population qui se voyait exclue »

Espace : Le programme « Parastronaute » peut « motiver toute une population qui se voyait exclue »

INCLUSIVITé - Pour la première fois, l’Agence spatiale européenne (ESA) a sélectionné un candidat porteur de handicap

Pour la première fois, l’Agence spatiale européenne (ESA) a sélectionné un candidat porteur de handicap. Le médecin britannique, ex-champion paralympique, John McFall a rejoint son programme d’entraînement. Cet homme de 41 ans, amputé de la jambe droite après un accident de moto à 19 ans, participera aux entraînements en tant que « parastronaute ». Mais quels enjeux ce recrutement représente-t-il ? Quel est l’objectif de ce programme ? 20 Minutes se penche sur ce recrutement grâce à l’éclairage d’Estelle Moraux, maîtresse de conférences en astrophysique à l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble et finaliste lors du recrutement de 2008 et Guillaume Weerts, ancien médecin en chef des astronautes au sein de l’ESA.

Quel est l’objectif du programme « parastronaute » ?

Le programme « parastronaute » doit permettre d’étudier le défi que représenterait l’envoi d’un astronaute handicapé dans l’espace et de trouver des solutions pour le relever. « Avec mon parcours scientifique et mes différentes expériences, j’ai senti que je devais essayer d’aider l’ESA à répondre à la question : pouvons-nous envoyer une personne avec un handicap physique dans l’espace pour y faire un travail significatif ? », expliquait d’ailleurs mercredi John McFall lors de la cérémonie de pr(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Espace : L’agence spatiale adopte un budget en forte hausse, à près de 17 milliards d’euros
Questions d’enfants : « Que se passerait-il si la Terre s’arrêtait de tourner ? »
Espace : Des humains vivront sur la Lune d’ici 2030, estime la Nasa
Iris, la constellation de satellites « made in UE » pour sécuriser Internet et la stratégie militaire
Espace : Les premières galaxies pourraient s’être formées plus tôt qu’on ne le pensait