Espace : Faut-il croire au BioPod, la future ferme spatiale que prépare Interstellar Lab ?

/ Photo Interstellar Lab

ESPACE - La start-up française a présenté mardi soir un premier BioPod, un module d’agriculture en environnement contrôlé et fermé sur lequel elle travaille en vue des futures missions lunaires. D’ici là, Interstellar veut les utiliser sur terre

EDIT : Après la publication de cet article, le Cnes, l’agence sptatiale française, a tenu à réagir par la voix de Lionel Suchet, directeur général délégué au Cnes. Nous rajoutons ses propos dan le papier.

Peut-être avez-vous vu Seul sur Mars ? Dans ce film de Ridley Scott sorti en 2015, Mark Watney, incarné par Matt Damon, se retrouve coincé sur la planète rouge pour plusieurs années avant l’arrivée de la prochaine mission habitée. Botaniste de formation, l’astronaute se met alors à cultiver, avec les moyens du bord, des pommes de terre à l’intérieur du seul habitat disponible, un dôme conçu pour assurer la survie de six personnes pendant trente jours.

S’il s’en sort, sans doute l’astronaute aurait eu la vie plus facile avec un « BioPod » sous la main. A terme, c’est en tout cas bien dans l’espace, pour supporter la vie des astronautes embarqués dans des missions longues sur la Lune ou Mars, qu’Interstellar Lab imagine le mieux son module d’agriculture en environnement contrôlé.

Hermétiquement fermé et en autonomie

Mardi soir, depuis ses bureaux d’Ivry-sur-Seine, la start-up française a présenté son premier BioPod dans un show à l’américaine. Monté sur pieds – «(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Une fusée Soyouz décolle vers l’ISS avec un Américain et deux Russes à bord
Perseverance : Le rover de la Nasa a détecté de potentielles biosignatures sur Mars
Mission Artémis 1 : Le décollage de la fusée de la Nasa pourrait avoir lieu le 27 septembre
James Webb : Ces nouvelles images de la nébuleuse d’Orion, « comme en 3D »
James Webb : Le télescope révèle de nouveaux détails de la nébuleuse de la Tarentule
Mars : La Nasa a réussi à produire de l’oxygène sur la planète rouge