Espace: beaucoup d'interrogations après l'annonce du retrait de la Russie de l'ISS

C'était dans l'air du temps et c'est désormais confirmé : la Russie entend quitter la station Spatiale internationale après 2024, a annoncé mardi 26 juillet Iouri Borissov, le tout nouveau patron de Roscosmos. L'annonce soulève cependant beaucoup de questions sur sa faisabilité.

La Russie ne le cachait pas. Elle ne comptait pas poursuivre indéfiniment l'aventure de la Station spatiale internationale. Roscosmos entend ainsi se doter de sa propre station, Ross, dès 2024.

Si cette décision était attendue, d'autant plus après le déclenchement de la guerre en Ukraine, on se demande si c'est réellement faisable en seulement deux ans.

« La Russie a commencé à reconstruire des modules qui étaient envisagés pour rejoindre l'ISS et, finalement, ils ont pris tellement de retard qu'ils iront vers le successeur de l'ISS, rappelle Stefan Barensky, le rédacteur en chef du magazine Aerospatium. Le problème est de tenir les délais et les budgets. Il faut rappeler que Nauka avait quatorze ans de retard ! Donc, l'idée qu'en 2024 ils auront une station pour reprendre le projet, cela me paraît un peu présomptueux. »

►À lire : Deux cosmonautes russes déploient un drapeau soviétique lors d’une sortie de l’ISS


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles