Espace : aidez l'ESA a nommé son satellite de détection de tempêtes solaires

·2 min de lecture

L’Agence spatiale européenne, l'ESA, a besoin de vous. Nous cherchons un nom pour notre nouveau satellite. Quelle est sa mission ? Repérer des tempêtes solaires potentiellement dangereuses avant qu’elles n’atteignent la Terre.

Cette nouvelle mission de météorologie spatiale gardera un œil sur notre étoile, souvent imprévisible et indisciplinée, et enverra un flux de données constant au réseau de services de météorologie spatiale de l’ESA. Le satellite, connu pour l’instant sous le nom de « Lagrange », sera le premier de son genre. Fixé sur une position unique par rapport au Soleil et à la Terre, il aura une « vue latérale » de notre étoile. De là, il pourra voir des sources d’activité solaire dangereuses, telles que les tâches solaires, avant qu’elles ne soient visibles depuis la Terre. Il pourra aussi suivre la propagation des événements solaires qui se dirigent vers la Terre.

Satellite surveillant le Soleil. © Baker, ESA
Satellite surveillant le Soleil. © Baker, ESA

Les données récoltées serviront à alerter à temps les autorités nationales, les industries et les entreprises qui gèrent ou se fient aux systèmes technologiques modernes dont nous dépendons tous et qui sont menacées par les éruptions solaires. Cette mission nous gardera en sécurité et protégera les infrastructures civiles cruciales comme les réseaux électriques et les satellites de navigation et de télécommunication, mais nous ne lui avons pas (encore) trouvé de nom !

L’ESA vous invite à nous envoyer vos meilleures propositions de noms pour la mission. Nous acceptons les soumissions jusqu’au 17 Octobre. Celle qui sera retenue recevra un chouette prix. Nous avons hâte de découvrir vos idées ! Lisez le règlement complet et soumettez votre proposition ici.

Quid de la météo spatiale ?

Fréquemment, le Soleil « rote », éjectant des milliards de tonnes de plasma chaud dans l’espace sous forme d’énormes masses de matière mélangées à des champs magnétiques, nommées « éjections de masse coronale » (ou CME pour Coronal Mass Ejection). Il émet aussi de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura