Espérance de vie moins élevée à la campagne : l’Association des maires ruraux de France demande des mesures coercitives face à la désertification médicale

franceinfo
·1 min de lecture

Les inégalités en termes d’espérance de vie entre les territoires urbains et les territoires ruraux se creusent depuis trente ans. C’est le constat dressé dans une étude publiée mercredi 16 décembre par l’Association des maires ruraux de France (AMRF) et la Macif, en partenariat avec France Bleu. Selon cette enquête, en 2019, un Français vivant dans un territoire hyper rural vit en moyenne 2,2 ans de moins qu’un hyper urbain. L'écart était de quatre mois en 1990.

"Il n’y a plus cette notion d’égalité entre le milieu rural et le milieu urbain, on souhaite des mesures réelles", a déclaré mercredi sur franceinfo, Michel Fournier, le président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF). Pour le maire de Les Voivres, dans les Vosges, ces inégalités sont liées à " la désertification de la médecine locale" dans les zones rurales.

franceinfo : Est-ce que vous vous attendiez à cette espérance de vie "raccourcie" ?

Michel Fournier : Pas vraiment. On pouvait légitimement penser que l'espérance de vie serait plus importante dans le milieu rural, avec cette nature, ce "bon air", plutôt que dans le milieu urbain, réputé pour être plus pollué. Ce qui se passe tout simplement, c’est le problème de l’accès aux soins. On s'est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi