Esclavagistes, racistes… San Francisco fait le ménage dans le nom de ses écoles

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
L'entrée de l'Abraham Lincoln High School, en décembre 2020.
L'entrée de l'Abraham Lincoln High School, en décembre 2020.

San Francisco met le nez dans son passé. Le San Francisco School Board, le conseil scolaire de la ville, a décidé mardi 26 janvier de modifier le nom de 44 écoles, ce qui représente un tiers des établissements gérés par cette institution, rapporte Le Monde ce lundi. Exit, donc, les noms de ceux qui ont possédé des esclaves, qui ont été ouvertement racistes, qui ont pris part à un génocide ou encore qui ont été des oppresseurs de toute sorte. Cela inclut notamment les fondateurs des États-Unis actuels, comme George Washington (propriétaire d'esclaves) ou Abraham Lincoln.

Comme l'indique le San Francisco Chronicle, cette initiative ne sort pas de n'importe où, alors que certains contestent une décision prise à la hâte. En 2018, le School Board a créé un comité pour étudier les noms donnés aux écoles et procéder à des changements. Quarante-quatre écoles ont donc été ciblées : le comité a décidé qu'il suffisait qu'un acte contesté dans la vie de la personnalité pour provoquer le changement de nom. Le conseil scolaire s'est ensuite emparé de ce sujet début 2020.

Depuis le vote, la semaine dernière, du School Board, la controverse est vive, notamment concernant des personnalités communément admises comme progressistes. Ainsi, Abraham Lincoln a aboli l'esclavage, mais il a aussi autorisé l'exécution par pendaison de 38 Amérindiens, condamnés à mort pour avoir attaqué des colons dans le Minnesota en 1862.

À LIRE AUSSIPhébé ? L'autocensure aux États-Unis, pire qu'au t [...] Lire la suite