Escargots, moules d'eau douce : inquiétude pour les mollusques métropolitains

·1 min de lecture

L'UICN s'est penchée sur les bivalves (moules) d'eau douce, les gastéropodes d'eau douce et les gastéropodes terrestres (escargots, limaces) pour en établir la Liste rouge des espèces menacées.

Escargots, moules d'eau douce, limaces... Pour la première fois, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dresse un état des lieux des mollusques continentaux en France métropolitaine, dont de nombreuses espèces sont uniques, mais menacées par l'urbanisation et l'agriculture.

Un déficit d'attention

L'UICN s'est penchée sur les bivalves (moules) d'eau douce, les gastéropodes d'eau douce et les gastéropodes terrestres (escargots, limaces) pour en établir la Liste rouge des espèces menacées. "L'état des lieux, portant sur l’ensemble des mollusques, montre que plus de 11% d'entre eux sont menacés. Au total, deux espèces ont déjà disparu, 79 sont menacées et 32 autres sont quasi menacées", ajoute l'UICN dans un dossier de presse. "Certaines de ces espèces sont de bonnes indicatrices de la qualité des eaux et du bon état des zones humides, des forêts ou des pelouses", complète l'UICN.

"Ces espèces ont pâti d'un déficit d'attention", indique Florian Kirchner, de l'UICN, à l'AFP. La France métropolitaine est pourtant très riche, avec 691 espèces de mollusques continentaux évaluées, dont 33 de bivalves d'eau douce, 251 de gastéropodes d'eau douce et 407 de gastéropodes terrestres. "Un tiers des mollusques continentaux sont endémiques, c'est exceptionnel pour la France métropolitaine", poursuit Florian Kirchner. "Nous avons une forte responsabilité car il n'y a que les pouvoirs publics et les associations de notre pays qui peuvent les préserver." Ces espèces sont d'autant plus fragiles qu'elles ne peuvent pas se déplacer loin ou rapidement pour chercher un nouvel habitat et "elles ne font que subir les pressions", indique Florian Kirchner.

Des prélèvements d'eau à risque

La situation est particulièrement mauvaise pour les bivalves d'eau douce, dont 30% sont menacés, suivis par les gastéropodes d'eau douce (15%) et les gastéropodes terrestres (8%). "Les moules d'eau cumulent différentes menaces", avec "les aménagements des fleuves et des rivières, les ba[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles