Escapade en Catalogne, sur les traces de Gaudi

·1 min de lecture
© D. Cardelus, 2015

Au pied de pins maritimes, une immense colonne de basalte gît dans l’herbe. « C’est notre seul regret parmi tous les objets exposés à Paris, mais l’acheminer était trop compliqué », regrette Élise Dubreuil, l’une des commissaires de l’exposition Gaudí au musée d’Orsay. Il faut donc se rendre en Catalogne, à Santa Coloma de Cervelló, à 20 kilomètres de ­Barcelone, pour voir ce pilier sous son ciel bleu méditerranéen. Et surtout découvrir la réalisation pour laquelle l’architecte catalan l’avait fait tailler, dans une roche provenant des collines voisines : la crypte de la Colonie Güell. Méconnue, cette église inachevée est considérée comme le brouillon de la Sagrada Família.

En 1890, Eusebi Güell, le mécène d’Antoni Gaudí, déplaça là sa fabrique de velours côtelé alors qu’un vent de rébellion sociale soufflait dans la capitale catalane. L’industriel paternaliste créa de toutes pièces une petite cité ouvrière avec ses maisons bien alignées, son école, son théâtre et, donc, son lieu de culte. Au milieu des champs, les rues semblent figées dans le temps. On y flâne avant de se poser sur la place principale, à la terrasse d’un vieux café à l’ambiance délicieusement surannée. Ce jour de printemps, le menu à 9 euros affiche une paella en entrée et de la morue en plat principal.

Lire aussi - Au musée d’Orsay, le génie de Gaudí

Gaudí quittait rarement sa cabane de chantier. Pendant dix ans, ce célibataire endurci ­plancha avec ardeur sur une maquette suspendue au plafond telle une gr...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles