Escalade. Après avoir gagné le prix Nobel de la paix, le Premier ministre éthiopien entre en guerre

The Continent (Johannesburg)
·2 min de lecture

Les opérations militaires se poursuivent dans la région du Tigré, contre laquelle le gouvernement fédéral éthiopien a lancé une offensive la semaine dernière. Le Premier ministre vient de remanier ses plus hauts conseillers en sécurité, alors que ce début de guerre civile inquiète.

“Mon cousin qui vit à Mekele entend le bruit des armes, les combats font rage”, témoigne un journaliste de la BBC, cité par The Continent. Rares sont les informations qui proviennent de la capitale du Tigré, souligne l’hebdomadaire panafricain : “Nos efforts pour contacter des habitants ont été vains car Internet et les lignes téléphoniques ne fonctionnent plus.” Une chose est sûre, pourtant, dans l’extrême nord du pays, la guerre a bien été lancée.

“Vendredi [6 novembre], Abiy Ahmed a déclaré à des journalistes que des bombardements avaient atteint des cibles dans les environs de Mekele, c’est ce qu’il a qualifié de ‘première étape des opérations’. Il a dit que les bombardements avaient détruit des roquettes et des armes lourdes. Il n’a pas fait mention de victimes”, poursuit The Continent. Un remaniement d’ampleur des responsables sécuritaires, durant le week-end, alimente l’inquiétude. Le chef d’État-major de l’armée a été remplacé par son numéro deux, Berhanu Jula, et un nouveau chef des services de sécurité a également été nommé, laissant croire qu’Abiy Ahmed veut s’entourer d’hommes de confiance.

À lire aussi: Afrique. Abiy Ahmed : 5 archives pour comprendre le prix Nobel de la paix 2019

Prix Nobel de la paix

À huis clos, le conflit a été lancé mercredi 4 novembre au matin. “À environ 2 heures, le Premier ministre éthiopien a fait une annonce grave sur sa page Facebook. ‘Les forces de défense éthiopiennes ont été chargées de sauver le pays’, a-t-il écrit. Le

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :