«Une erreur énorme», pour Darmanin, Le Pen «s'est fracassée» dans l'affaire De Fournas

Quelques jours après la teneur de propos racistes à l'Assemblée Nationale par le député RN Grégoire de Fournas , le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pointe du doigt la gestion de l'affaire par le Rassemblement national. Pour lui, le soutien du parti envers la faute de son député montre le début d'une renaissance du Front national de Jean-Marie Le Pen. Invité du Grand Rendez-vous codiffusé sur Europe 1, CNews et Les Echos, Gérald Darmanin estime que la phrase "qu'ils retournent en Afrique" prononcée par le député de la Gironde devait être condamnée, ceci incluant son propre parti.

>> Retrouvez le Grand Rendez-vous tous les dimanches de 10h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

Une solidarité envers De Fournas déplacée

"Ses explications alambiquées ne trompent personne", a lancé le ministre de l'Intérieur, faisant référence à la défense de Grégoire de Fournas, qui a expliqué parler des bateaux de migrants et non du député Carlos Martens Bilongo lors de son intervention à l'Assemblée. "Je crois qu'il y a un faisceau d'indices", a-t-il dit avant de préciser, "ce personnage aurait dû tout de suite s'excuser et il ne l'a même pas fait".

Ainsi, pour l'homme politique, le Rassemblement national aurait dû prendre ses responsabilités, et sanctionner son député. Vendredi, lors du vote de l'hémicycle, tous les députés de la majorité, de droite et de gauche ont voté à l'unisson pour l'exclusion de Grégoire de Fournas . Seul le RN a défendu bec et ongle l'...


Lire la suite sur Europe1