Eric Naulleau : "La presse décide en permanence de promouvoir les plus mauvais romans !"

CNews
CNews

Il dézingue la presse littéraire. Ce matin, dans "L'heure des pros" sur CNews, Pascal Praud a organisé un débat autour de la révélation hier de la première sélection du Prix Goncourt 2022. Pour en parler, le présentateur avait autour de sa table Eugénie Bastié, journaliste au "Figaro", Jean-Paul Brighelli, critique à "Marianne", Nathan Devers, en lice avec son ouvrage "Les Liens artificiels" (Albin Michel), et le nouveau chroniqueur de la chaîne, Eric Naulleau.

"Ça ne m'avait pas bouleversé"

Félicitant Nathan Devers pour sa présence dans cette première sélection, Pascal Praud a égratigné certains noms présents dans la liste : "Il y a Muriel Barbery qui revient (avec 'Une heure de ferveur', ndlr), elle avait écrit 'L'élégance du hérisson'. Ça ne m'avait pas bouleversé, mais bon...". "Moi non plus", a lâché Eric Naulleau, hilare. Et d'ajouter : "J'avais même fait un article très à charge sur ce livre".

L'ancien animateur de "Balance ton post !" a profité du débat pour évoquer le cas de Virginie Despentes et le succès de son livre, "Cher connard", chez Grasset. Saluée par la critique en cette rentrée littéraire, l'auteure s'est hissée en tête des ventes, devant Amélie Nothomb, avec près de 65.000 exemplaires selon les chiffres avancées par son éditeur fin août. En raison de sa présence au sein du jury du Goncourt pendant quatre ans, les jurés se sont mis d'accord pour ne pas l'inclure dans la sélection avant même de lire...

Lire la suite


À lire aussi

Coup de gueule de Jean Lassalle : "Quelle honte pour la presse écrite !"
Stéphane Le Foll vanne les journalistes pour son 150e point de presse
Affaire Darmanin : Le ministre de l'Intérieur dénonce de "fausses fuites" dans la presse