Eric Ciotti après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine : "Seul un référendum pourra balayer les lâchetés"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Comment réagissez-vous à l’assassinat d’un professeur à Conflans-Sainte-Honorine?
Je suis sidéré et horrifié. Comment imaginer qu’en France, pays des lumières, un enseignant qui transmet les valeurs universelles de liberté soit décapité? Les Français sont abasourdis, mais aussi révoltés par la lâcheté qu’ils voient depuis des années face aux islamistes. Je suis aussi stupéfait de la faiblesse des condamnations des autorités religieuses musulmanes.

"Lâcheté" de qui ?
Lâcheté des pouvoirs publics qui, depuis près de 10 ans, ont laissé céder toutes les digues contre l’islamisme. Depuis trop d’années, l’islamisme avance ses pions, conquiert des territoires et des esprits, impose ses superstitions par la terreur. Jacques Chirac avait eu le courage d’interdire le voile à l’école. Nicolas Sarkozy a eu le même courage pour la burqa. Est-on encore capable aujourd’hui d’agir avec courage? La question est posée au président Macron. De la réponse dépendra la survie de notre nation. Ce drame doit conduire à un sursaut national. Les mesurettes contenues dans le texte sur le séparatisme sont ridicules de faiblesse. Il faut un véritable choc. Quand je vois que la principale mesure de ce texte est la promotion de l’enseignement de l’arabe à l’école, je crois rêver! C’est l’enseignement du français et des valeurs de la France qui nous sauvera, pas l’importation d‘un modèle culturel qui nous est étranger. 

"

Le voile instrument d’apartheid sexuel n’a rien à faire à l’université ou dans les serv...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles