Le président Erdogan souhaite que la Turquie entretienne de meilleures relations avec Israël

·2 min de lecture

Recep Tayyip Erdogan a souhaité que la Turquie entretienne de meilleurs relations avec Israël, tout en dénonçant la politique de l'État hébreu vis-a-vis des Palestiniens.

Une volonté de rapprochement entre la Turquie et Israël. Recep Tayyip Erdogan a affirmé, vendredi 25 décembre, souhaiter que son pays entretienne de meilleurs relations avec l'État hébreu. Le président turc a néanmoins vivement critiqué la politique israelienne vis-a-vis des Palestiniens, qu'il a qualifiée d'"inacceptable" et de "ligne rouge" pour Ankara.

La Turquie et Israël, anciens alliés, ont expulsé mutuellement des diplomates de haut rang en 2018 à la suite d'affrontements au cours desquels des dizaines de Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes à la frontière de Gaza.

Ankara a condamné à plusieurs reprises l'occupation israélienne en Cisjordanie et le traitement réservé aux Palestiniens. S'adressant à la presse après la prière du vendredi à Istanbul, le président a déclaré que la Turquie avait des problèmes avec "des personnes au plus haut niveau" en Israël et que les liens auraient pu être "très différents" si ces problèmes n'existaient pas.

"La politique palestinienne est notre ligne rouge. Il nous est impossible d'accepter la politique palestinienne d'Israël", a-t-il ajouté.

Ankara et Tel-Aviv continuent néanmoins d'avoir d'importants échanges commerciaux. Israël, qui a renoué officiellement des relations avec quatre pays musulmans cette année, a annoncé mercredi travailler à la normalisation des liens avec une cinquième nation musulmane, peut-être en Asie.

La Tunisie a déclaré mardi qu'elle n'avait pas l'intention de le faire. Ankara de son côté a condamné les rapprochements négociés par les États-Unis entre Israël et les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

Recep Tayyip Erdogan a également critiqué la décision de Bahreïn d'officialiser ses liens, considérant qu'il s'agissait d'un coup porté à la cause palestinienne.

Avec Reuters