Erdogan se rêve en Atatürk, icône intouchable en Turquie et symbole... de ses opposants

Maxime Bourdeau
Erdogan se rêve en Atatürk, icône intouchable en Turquie (et symbole... de ses opposants)

TURQUIE - Homme providentiel pour une partie de la Turquie, despote en devenir pour l'autre, le président Recep Tayyip Erdogan a remporté de peu ce dimanche 16 avril un référendum constitutionnel destiné à asseoir son pouvoir, neuf mois après avoir échappé à un putsch.

En quête d'un plébiscite, le "Reïs" ("Chef"), comme ses partisans le surnomment, avait jeté toutes ses forces dans la bataille, galvanisant les foules aux quatre coins de la Turquie. Mais la courte victoire obtenue dimanche et que l'opposition conteste montre à quel point la Turquie est coupée en deux. Si une moitié adule le président turc, l'autre moitié l'abhorre.

Le projet de révision de la loi fondamentale validé par une majorité de Turcs octroie au président des prérogatives considérablement élargies, qu'aucun dirigeant n'a eues depuis le fondateur de la République Mustafa Kemal Atatürk. Une figure régulièrement invoquée par Erdogan alors qu'elle est pourtant un symbole... pour ses opposants.

"Atatürk l'avait fait"

Toute remise en cause de l'héritage d'Atatürk étant considérée comme un crime de lèse-majesté en Turquie, Erdogan n'a pas hésité à invoquer l'ancien président tout au long de sa campagne pour mieux rejeter les critiques.

A l'opposition qui avance que le maintien des liens entre le président et son parti, prévu par la révision constitutionnelle, compromet son impartialité, il a ainsi rétorqué qu'Atatürk lui-même cumulait les fonctions de chef de l'Etat et du parti, en l'occurrence le Parti républicain du peuple (CHP).

Lors de l'acerbe crise diplomatique de mars entre l'Europe et la Turquie après l'interdiction de plusieurs meetings en faveur du référendum, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne, le quotidien allemand Bild avait titré: "Si Atatürk avait été là, il aurait dit non" au renforcement des pouvoirs d'Erdogan. "Ce que nous voulons faire, Atatürk l'avait fait", avait encore répliqué Erdogan.

Directions opposées

Si les deux hommes ont en commun de s'être donné pour...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages