Erdogan appelle à trouver une solution diplomatique au conflit en Ukraine

·2 min de lecture

Alors que la situation reste tendue dans l’est de l’Ukraine, qui accuse la Russie de masser ses troupes à sa frontière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu en Turquie ce samedi pour s’entretenir avec le président Recep Tayyip Erdogan. Le chef de l'État turc avait eu, la veille, un échange téléphonique avec le président russe.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Entre Kiev et Moscou, Ankara joue les équilibristes. Depuis le conflit de 2014, la Turquie a renforcé ses liens avec l’Ukraine, notamment en lui vendant des drones de combat qui pourraient être utilisés dans un affrontement avec la Russie. D’un autre côté, Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine entretiennent des liens étroits. La Turquie s’est procurée un système de défense antiaérienne russe, les S-400, au risque de provoquer une crise au sein de l’Otan.

Ce samedi, le président turc a rappelé que son pays ne reconnaissait pas l’annexion de la Crimée et soutenait l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Mais il a aussi affirmé que le renforcement des liens entre Ankara et Kiev n’était « pas dirigé contre des États tiers » – sous-entendu la Russie. Il a appelé au dialogue pour résoudre la crise dans l’est de l’Ukraine.

« Nous croyons que la crise actuelle doit être résolue par des méthodes pacifiques et diplomatiques, dans le respect de l’intégrité territoriale de l’Ukraine et du droit international, a déclaré le président turc. Nous souhaitons que l’escalade inquiétante observée sur le terrain ces derniers temps cesse le plus tôt possible et que le cessez-le-feu continue. »

À lire aussi : Conflit en Ukraine: la Russie déploie sa flotte aux abords de la Crimée

Pour sa part, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a vu dans les propos de son hôte une marque de soutien. « Nous avons discuté en détail de nos actions communes pour la sécurité et contre les menaces dans la mer Noire. Je veux souligner que Kiev et Ankara partagent une même vision des menaces et de la réponse à leur apporter », a-t-il souligné.