Erdogan à Athènes et l’honneur de l’Europe

Dionysios Dervis-Bournias
Erdogan à Athènes et l’honneur de l’Europe.

Défendre les droits de l'Homme n'est certes plus une priorité des dirigeants d'une Europe en crise financière lors des rencontres avec ces dictateurs qui deviennent délicieusement fréquentables à mesure des milliards d'Euros de contrats signés. Mais comme « Il y a une limite à toute chose et il faut toujours la dépasser » pour citer l'aviateur français Georges Guynemer (1894-1917), il est fort à craindre que le gouvernement grec devienne ce champion toutes catégories es lâcheté européenne.

En visite historique à Athènes cette semaine, (la dernière d'un chef d'Etat turc a eu lieu il y a 65 ans) le président Erdogan a déjà préparé par des publications dans ce qui semble être une presse d'Etat, la négociation d'un sujet épineux : suite au coup d'Etat avorté de 2016 huit officiers turcs ont demandé l'asile politique en Grèce. Contrairement à toute notion de présomption d'innocence à l'égard des hommes qui soutenaient avoir juste fait évacuer des blessés et avoir fui uniquement par peur de la chasse aux sorcières qui a suivi, le gouvernement grec a déclaré que « les putschistes » n'étaient pas les bienvenus en Grèce. Pour ajouter, en violation directe de la notion la plus élémentaire de séparation des pouvoirs, que la demande de la Turquie pour leur extradition était justifiée.

Selon le Guardian le président Erdogan a fait part à la presse de la « promesse ferme du premier ministre grec d'extrader les huit officiers », déclaration réitérée dans la presse turque en vue de la visite athénienne de cette semaine. Sans que jamais, ni il y a deux ans ni cette semaine, il n'y ait eu le moindre démenti non seulement de la part du Pm grec mais même de manière indirecte par des « cercles proches du gouvernement ». Pire, quand en Janvier 2017 la Cour suprême a statué contre une extradition, le ministre de la Justice grec a immédiatement déclaré que la Turquie pouvait avoir de nouveaux recours et a ajouté sans hésitation qu'un jugement équitable leur serait réservé une fois de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages