Equipe de France: "Je préfère parler de football", l’embarras des Bleus à propos de la crise politique

Le football et rien que le football. Pas de place pour la politique, même si l’avenir du pays, plongé dans une zone de turbulences, est en jeu. Les Bleus, à en croire les éléments de langage répétés en conférence de presse, ce mercredi, ont choisi d’évoluer dans une bulle durant la compétition. Et rien ne les fera dévier de leur objectif, une victoire à l’Euro (14 juin-14 juillet).

>> Equipe de France: les infos EN DIRECT

"On a dit entre nous qu'on avait une compétition à préparer qui concerne le football. On essaie de garder notre concentration sur le football", a révélé Kingsley Coman. Le séisme de la dissolution? "On n’en a pas parlé", a assuré l’attaquant de l’équipe de France et du Bayern Munich. Sans surprise, son coéquipier Dayot Upamecano lui a emboîté le pas dans la foulée. "Aujourd'hui, je ne suis pas venu pour parler de ça, je préfère parler de football."

Selon nos informations, les joueurs n'ont toutefois pas été insensibles aux résultats des Européennes. Plusieurs d'entre eux devraient faire une procuration pour voter aux législatives. Aucune prise de position commune n'est pour le moment prévue, la priorité est à l'enjeu sportif pour ne pas polluer l'atmosphère des Bleus à quatre jours de leur premier match.

En réponse à la victoire écrasante du Rassemblement national aux élections européennes, le président de la République Emmanuel Macron a appelé dimanche à des élections législatives anticipées en annonçant la dissolution de l’Assemblée nationale. Un coup de tonnerre qui a embrasé le pays et provoqué un séisme qui pourrait transformer durablement le paysage politique français.

Et si les Bleus jouaient pendant les législatives?

Après les élections législatives des 30 juin et 17 juillet, le Rassemblement national pourrait conforter sa position de premier opposant à la chambre basse et même faire une percée au sommet de l’Etat si les projections qui lui sont très favorables venaient à se réaliser. Les derniers sondages donnent le RN à 33-34% des intentions de vote, offrant pour la première fois au parti d'extrême droite fondé par Jean-Marie Le Pen la possibilité très concrète d'arriver au pouvoir en France.

L'équipe de France ne souhaite pas parler de politique mais la tenue d'élections législatives anticipées pourrait téléscoper sa propre actualité. L'équipe de France de football pourrait en effet disputer un éventuel huitième de finale le 30 juin, soit le même jour que le premier tour des élections législatives selon le calendrier très serré fixé par le président de la République.

Cela pourrait se produire si les Bleus terminaient parmi les quatre meilleurs troisièmes de la phase de poule. Ils pourraient affronter le premier du groupe C (Slovénie, Danemark, Serbie, Angleterre) à 18h, le dimanche 30 juin, lors d'une rencontre qui serait diffusée par M6.

Un autre cas de figure, encore plus problématique, pourrait voir les Bleus - toujours s'ils terminaient troisièmes - jouer le dimanche à 21h, contre le premier du premier groupe B (Espagne, Croatie, Italie, Albanie).

La rencontre serait alors diffusée sur TF1, en pleine soirée électorale. Dimanche dernier, la chaîne a délibérément choisi de différer la diffusion du match de préparation des Bleus contre le Canada (0-0) en donnant la priorité à l'actualité politique après l’annonce par Emmanuel Macron de la dissolution de l’Assemblée nationale. On peut penser qu'il en serait de même si le RN devait réaliser une percée au soir du premier tour dans les 577 circonscriptions.

Article original publié sur RMC Sport