Equipe de France : Kylian Mbappé est-il déjà indispensable aux Bleus ?

Dossier réalisé par Christophe Bérard, Yves Leroy, Bertrand Métayer et Dominique Sévérac
Passé dans une autre dimension depuis son transfert au PSG, Kylian Mbappé doit maintenant confirmer avec l’équipe de France. Ses coéquipiers vont scruter ses performances, comme c’est déjà le cas à l’entraînement

Très certainement titularisé samedi pour le rendez-vous capital en Bulgarie, l'attaquant du PSG semble tout aussi incontournable en équipe de France. Neuf anciens internationaux livrent leur sentiment sur le jeune surdoué.


À 18 ans, il est déjà une solution et si jamais il constitue un problème pour Didier Deschamps, c'est seulement à l'instant où le sélectionneur se demande à la place de qui il doit l'aligner. L'affirmation de Kylian Mbappé explose la hiérarchie des couloirs où Payet et Sissoko s'étaient installés depuis l'Euro dans le 4-4-2 des Bleus. C'est ce dernier qui devrait pâtir samedi en Bulgarie de la deuxième titularisation en sélection du Parisien, un enchaînement qu'il n'a jamais connu. Il a avoué jeudi, depuis Clairefontaine : «Je ne me suis toujours pas imposé en équipe de France.» Mais il en va de l'équipe nationale comme du PSG : il éteint très vite la concurrence. Il a mis Draxler ou Di Maria sur le banc, permettant tout de suite de voir qu'il apporte plus et mieux. Il n'y a aucune raison qu'il ne se rende pas indispensable aussi sous la tunique tricolore.

 

Nous avons posé la question à neuf anciens attaquants internationaux, parmi lesquels des champions du monde, d'Europe ou olympiques, pour savoir si Mbappé doit déjà être un titulaire indiscutable. Pour l'instant, la trajectoire de Kylian Mbappé repousse toutes les limites. Il arrive quelque part et on se demande comment on a pu vivre sans lui avant. Si les Bleus semblent lui résister encore (un peu), c'est à cause d'une forme de fébrilité de Deschamps ou d'une volonté d'intégration en douceur, c'est selon. Le patron des A l'a titularisé lors de deux matchs amicaux et seulement lors d'une rencontre qui comptait, face au «petit» Luxembourg. Samedi, le transitoire prend fin et le voilà dans le grand monde, qui semble le sien : un match décisif pour la qualification pour le Mondial 2018.

 

Comment il (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Mbappé : «Je ne suis pas le sauveur»
Bulgarie-France. Mbappé : «Je ne suis pas le sauveur»
Bulgarie-France : Varane avoue que ce sera compliqué à Sofia
Bulgarie - France : un match loin d'être gagné d'avance pour les Bleus
Bulgarie - France : Sofia, souvenirs d'une terre hostile

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages