Equipe de France: "Jour après jour ça avance bien", Coman rassurant sur son état physique avant l'Euro

A bientôt 28 ans, il les fêtera ce jeudi, Kingsley Coman va disputer une troisième édition de l'Euro avec l'équipe de France. Après 2016 et 2021, l'ailier figure dans le groupe tricolore pour le tournoi continental disputé en Allemagne entre le 14 juin et le 14 juillet. Une compétition à laquelle le joueur du Bayern aurait pu ne pas participer en raison des nombreux pépins physiques pendant la saison. Entré en jeu face au Canada (0-0) pendant la préparation des Bleus, le principal intéressé s'est montré rassurant.

"Je me sens bien physiquement, je me sens mieux. Jour après jour ça avance bien. Je dirais que maintenant je suis 'fit'. J'ai pu jouer le dernier match quelques minutes", a expliqué l'international tricolore ce mercredi face à la presse. "Après, commencer un match… il reste encore quelques jours. Je verrais ce que je peux faire avec le coach. Mais ce qui est sûr c’est que, déjà, je suis prêt à jouer 15, 20 ou 30 minutes en me sentant très bien. Donc c’est déjà un bon premier pas."

>> Toutes les infos sur l'équipe de France avant l'Euro 2024

"Plein de fois où je crie de douleur à l’entraînement"

Longtemps blessé à un genou pendant la seconde moitiée de la campagne 2023-2024, Kingsley Coman s'est ensuite fait une frayeur à l’entraînement avec le Bayern après son retour. Là encore, l'ancien du PSG s’est montré très rassurant et n’a jamais eu peur de rater l’Euro 2024.
"Je pense que ça a été une grosse frayeur pour vous les journalistes par rapport aux images que vous avez eues. Mais il y a plein de fois où je crie de douleur à l’entraînement", a encore plaisanté l'ailier des Bleus. "Donc ça ne m’a pas choqué. Après, forcément, c’était le genou où j’avais été blessé donc il y avait une petite peur quand on ressent quelque chose."

Et Kingsley Coman d'expliquer que cette alerte était bien derrière lui: "Mais quelques secondes après je me suis relevé et je marchais. Je voulais même continuer l’entraînement mais c’est le doc' qui m’a dit qu’il préférait me faire faire un test. On a fait le test directement et il n’y avait rien du tout, c’était une petite gêne. Je n’ai pas eu de frayeur, ce sont juste les images qui peuvent paraître impressionnantes. Mais si vous êtes avec moi au quotidien, je crie beaucoup."

Article original publié sur RMC Sport