Équateur: le second tour de la présidentielle opposera Andrés Arauz et Guillermo Lasso

·2 min de lecture

Après deux semaines d'incertitude et de tension, le Conseil national électoral équatorien a annoncé les résultats officiels du premier tour de l'élection présidentielle du 7 février dernier. Le socialiste Andrès Arauz, héritier politique de l'ex-président Rafael Correa, affrontera le conservateur Guillermo Lasso au second tour prévu le 11 avril prochain.

À l'issue du premier tour, le jeune économiste Andrés Arauz, 36 ans, s'était d'emblée qualifié avec 32,72 % des voix contre 19,74 % à l'ex-banquier de droite Guillermo Lasso et 19,39 % au leader indigène de gauche Yaku Perez, selon les résultats définitifs du scrutin du 7 février, proclamés par le secrétaire du CNE, Santiago Vallejo.

Ces scores d'emblée annoncés comme très serrés avaient nourri les soupçons de fraude dans les rang de Yaku Perez, d'autant que dans les jours suivant le premier tour, après un décompte - trop - rapide, le CNE lui avait donné l'avantage avant de faire marche arrière. Il avait appelé ses soutiens à manifester leur soutien dans la rue. Depuis, les drapeaux arc-en-ciel tapissent le centre de la capitale.

Un recomptage est décidé

Le candidat du Pachakutik a demandé un recomptage des bulletins de vote. Une demande soutenue par son challenger Guillermo Lasso, dans un souci de « transparence ». Une demande à laquelle le CNE a finalement accédé. L’autorité électorale de l’Équateur a annoncé vendredi 13 février procéder à un recomptage partiel des bulletins de vote utilisés dans l'élection présidentielle en Équateur. « 100 % des votes de la province du Guayas », celle qui compte le plus d'électeurs du pays, et « 50 % des votes de 16 provinces » seront « révisés », a déclaré la présidente du CNE Diana Atamaint, lors d'une conférence de presse à Quito.

À lire aussi : Présidentielle en Équateur: recomptage crucial d'une partie des votes du premier tour

Ces résultats définitifs du premier tour ont été approuvés par quatre des cinq membres du CNE présents à l'issue d'une longue session initiée samedi matin et qui s'est achevée tard dans la nuit.