Equateur: la police libère 49 personnes séquestrées dans une mine par un groupe criminel

Photo diffusée par les forces armées équatoriennes montrant des soldats et des policiers surveillant un groupe de personnes lors d'une opération conjointe au cours de laquelle 49 personnes kidnappées ont été secourues dans une mine du secteur de Santa Martha de Camilo Ponce Enriquez, dans le sud de l'Equateur, le 3 juillet 2024 (Handout)
Photo diffusée par les forces armées équatoriennes montrant des soldats et des policiers surveillant un groupe de personnes lors d'une opération conjointe au cours de laquelle 49 personnes kidnappées ont été secourues dans une mine du secteur de Santa Martha de Camilo Ponce Enriquez, dans le sud de l'Equateur, le 3 juillet 2024 (Handout)

La police équatorienne a libéré 49 personnes séquestrées par un groupe criminel et forcées à travailler dans une mine du sud de l'Équateur, a-t-on appris vendredi de source officielle.

"Lors d'une opération d'envergure contre le crime organisé, la police a réussi à sauver 49 personnes enlevées par le dangereux gang +Los Lobos+ dans la province d'Azuay", a annoncé la présidence sur le réseau X.

Los Lobos" (les loups) est l'un des principaux gangs impliqués dans le narcotrafic et les violences criminelles qui ravagent le pays.

"Au cours de l'opération, un arsenal d'armes et d'explosifs a également été saisi, ce qui a considérablement affaibli la capacité opérationnelle du groupe criminel", affirme la présidence, qui a publié sur son compte des images de l'opération dans une zone montagneuse andine.

Des policiers et militaires en armes ont pénétré dans les boyaux de la mine souterraine pour libérer les otages, selon ces images.

Au cours de leur intervention, ils ont dû "repousser une attaque armée menée par plusieurs individus", a déclaré à la presse le colonel José Vargas, chef de la police de la région.

Un enfant et trois femmes figurent parmi les 49 personnes libérées, qui ont été retenues en otage pendant deux jours dans un souterrain de la mine, a précisé à l'AFP une source policière.

Des restes humains ont également été retrouvés enterrés dans les environs de cette mine située à Camilo Ponce Enriquez.

Deux Colombiens ont été arrêtés au cours de l'opération. Des armes automatiques, des munitions et 81 bâtons de dynamite ont été saisis, toujours selon la police.

L'Équateur est confronté à une vague sans précédent de violences criminelles liés au narcotrafic, le pays servant de plateforme d'exportation vers l'Europe et les Etats Unis de la cocaïne produite en Colombie et au Pérou voisins.

En janvier, l'évasion d'un dangereux chef de gang (toujours en fuite) d'une prison de haute sécurité a encore aggravé ces violences. Le président Daniel Noboa avait alors instauré l'état d'urgence et déclaré le pays en "conflit armé interne". L'état d'urgence a depuis lors été prolongé dans les zones où les gangs se sont "réfugiés et retranchés" pour échapper à l'offensive militaire.

L'armée a reçu l'ordre de neutraliser une vingtaine de bandes criminelles liées à la mafia albanaise et à des cartels du Mexique et de Colombie, qualifiés de "terroristes" et de "belligérants".

sp-lv/hba/lab/fio