Equateur : de nouvelles espèces de serpent découvertes dans des lieux insolites

Alejandro Arteaga

Des chercheurs équatoriens ont découvert trois nouvelles espèces de serpent dans trois lieux étonnants.

De nouvelles espèces, aussi bien animales que végétales, peuvent être découvertes dans les lieux les plus inattendus qui soient. Le nouveau spécimen de , à Londres, en est un parfait exemple. Cette fois, ce sont trois nouvelles espèces de serpents qui ont été découvertes en Equateur, petit pays coincé entre la Colombie et le Pérou. Leur attirance pour les lieux peu fréquentés et sombres les a conduits dans de curieux endroits.

Des serpents très discrets

Les serpents du genre Atractus sont rares si bien que pour certaines espèces, des spécimens jeunes ou mâles n'ont encore jamais été observés. Pourtant, ce genre est riche d'environ 150 espèces présentes à travers le monde. Mais elles sont particulièrement discrètes, et restent cachées une bonne partie de leur vie. Ces serpents sont nombreux à vivre enfouis sous terre ou à l'abri dans une crevasse. Alejandro Arteaga et son équipe de chercheurs équatoriens ont donc frappé un grand coup le 15 septembre 2022 dans la revue en décrivant trois nouvelles espèces appartenant au genre Atractus : Atractus discovery, Atractus zgap et Atractus michaelsabini.

Une espèce qui affectionne les cryptes

"Atractus discovery a été trouvée enterrée dans des cryptes dans le cimetière de la ville d'Amaluza située dans la province d'Azuay, en Équateur, explique à Sciences et Avenir Alejandro Arteaga, auteur principal de l'étude. Cette découverte s'est produite au cours d'une série d'expéditions dont l'objectif principal était de trouver des espèces de crapauds disparues. Par conséquent, la découverte de ces serpents est en grande partie le fruit du hasard".

Ce serpent présente un magnifique ventre jaune vif coupé par un trait longitudinal marron foncé. Il a été baptisé ainsi en l'honneur de The Explorers Club Discovery Expedition Grants, un programme de subventions de recherche impliqué dans cette nouvelle étude. Selon les critères de la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la communauté scientifiqu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr