Equateur : « H », la drogue sale qui ronge les plus pauvres

Fléau sanitaire - Le « H » est de trois à cinq fois moins cher que la cocaïne mais bien plus toxique

C’est une seule lettre mais qui provoque des dégâts titanesques en Equateur. Le « H » est une drogue bon marché et hautement addictive qui fait des ravages parmi les populations les plus pauvres du pays. Cette poudre blanche à base d’héroïne qui se sniffe ou se fume est vendue un dollar le gramme. Bien moins cher que la cocaïne qui s’échange entre trois et cinq dollars. Mais beaucoup plus toxique.

« Nous avons trouvé de la chaux, du ciment, de l’éther, de la kétamine et même de la mort-aux-rats » dans cette drogue, explique la psychiatre Julieta Sagnay de l’Institut de Neurosciences, une ONG basée à Guayaquil qui vient en aide aux toxicomanes. Cette ville portuaire de près de trois millions d’habitants est devenue une plaque tournante du trafic de drogue en Amérique latine, avec un nombre de trafiquants et toxicomanes en hausse. Selon les chiffres officiels, quelque 162 kilogrammes de « H » ont été saisis en 2022.

Un sevrage cauchemardesque

Julia Sagnay dit traiter de plus en plus d’usagers de « H », qui souffrent d’une détérioration accélérée de leur état de santé par rapport à ses autres patients. Après six mois de consommation, un « accro au H », trépigne sans cesse, se gratte, ne dort ni ne mange. Et le syndrome de sevrage ne peut être supporté sans un traitement pharmacologique d’au moins huit jours, (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Les Ulis : Les policiers découvrent près de 40 kg de drogue dans un appartement
Finistère : Ils séquestrent une septuagénaire chez qui ils venaient voler de l’héroïne
Yvelines : Piloté depuis une cellule de prison, un vaste trafic de drogue démantelé
Rennes : Un dealer qui cachait de la cocaïne dans sa prothèse de jambe condamné
Marseille : « Aujourd’hui, les criminels manquent de culture mafieuse », estime l’avocate Éliane Keramidas